mercredi 14 février 2018

MUSIC OVERLOAD / EMOTIONS OVERFLOW #7


Ah, bah on dirait bien qu'il faut que j'intervienne, tant l'actu musicale s'emballe. Entre la jolie découverte awakebutstillinbed qui joue la carte d'un midwest emo très fortement teinté de punk voire même de screamo, et le jour assez fou du 13 Février où sont simultanément parues un excellent split Coma Regalia / Drei Affen (screamo dans la grande tradition du genre VS screamo légèrement influencé crust), des vidéos du troisième concert des québécois-es de Dianacrawls (screamo intense et un peu jazzy avec des membres de Commuovere et The Ultimate Screamo Band) et premier avec leur nouvelle guitariste, et un split de folie entre SeeYouSpaceCowboy et SECONDGRADEKNIFEFIGHT, soit le duo de tête de ce que les internets aiment appeler sasscore, ou scenegrind... Grosso modo ce qui sonne en 2018 comme Me And Him Call It Us, Heavy Heavy Low Low ou Daughters, bah y'a de quoi s'amuser ! Et en prime, il y a de l'emo qui rend hommage à Final Fantasy ainsi qu'une magnifique découverte à la toute fin, je ne vous en dis pas plus, j'espère simplement que ce disque vous attendrira autant qu'il a pu le faire avec moi. allez, on compile tout ça ci-dessous, et on laisse exploser les feels et les meubles.

MES PRÉCÉDENTS ARTICLES :

MUSIC OVERLOAD / EMOTIONS OVERLOAD #6
Les tops 2017 du dictionnaire de l'emo

◈ MUSIC OVERLOAD / EMOTIONS OVERLOAD #5




COMA REGALIA / DREI AFFEN 7" SPLIT :



Comme dit plus haut, on sait immédiatement à quoi on a affaire quand on voit Coma Regalia quelque part. Un screamo rapide, intense, raw, et il m'est d'avis que les chansons de ce split font partie des meilleurs du groupe ! Aux côtés de Coma Regalia figure les espagnol-e-s de Drei Affen, qui reste fidèle également à ce qu'iels font depuis leur premier album : un screamo parfois proche de l'emoviolence, avec quelques influences crust, massif et dissonant.

"I can't trust you but I can't trust anyone.
Not waking but also not dreaming.
Barely breathing.
How did I find myself here?" - coma regalia

"Lucho con todas mis fuerzas. 
Lucho en dirección opuesta. 
El viento golpea mi cara. 
El frío me hiela el alma." - drei affen

-

AWAKEBUTSTILLINBED - WHAT PEOPLE CALL LOW SELF-ESTEEM IS REALLY JUST SEEING YOURSELF THE WAY THAT OTHER PEOPLE SEE YOU



Une chouette surprise rafraîchissante que ce LP au nom interminable composé par awakebutstillinbed, sorti chez Tiny Engines, à la croisée de l'emo midwest et du screamo ("Safe" en est un parfait exemple). Un groupe tout jeune, qui semble très bien maîtriser son sujet, malgré quelques imperfections qui sonnent pourtant joliment à nos oreilles, pour peu que l'on soit sensible aux émotions brutes. Une spontanéité d’exécution très punk, un chant complètement saturé, délicieusement faux parfois, des mélodies irrésistibles, ça me rappelle un peu ce que j'adore sur le premier LP de Sorority Noise, chez Jeff RosenstockAlgernon Cadwallader... Un disque nécessaire pour se donner du baume au coeur et une motivation quand les matins sont compliqués. Mention spéciale au fabuleux titre "Fathers".

"all the failures of our fathers can't define us. if all that weight fell on our shoulders, who could blame us? our anxieties and fears can't control us if all their thoughts fall on deaf ears. 

I erase these memories, and I try to reconstruct myself to fit into this life. you might want to be someone else but what good would that do you if all this weight falls on your shoulders?"

-

UNTOLD WANT / OSTRACA / VRIL / COMA REGALIA - SPLIT 10"



2 découvertes, une confirmation et un classique : le programme de ce chouette 4-way 10". Untold Want propose un hardcore chaotique, légèrement bagarre, assez raw, bien percutant, Ostraca prouve qu'ils sont toujours tout en haut du panier du screamo américain actuel en prenant soin de rester fidèle à ses ambiances enivrantes et à ce côté presque insistant de leur musique, genre "t'en as eu assez ? Ben y'en a encore !", Vril est une chouette découverte, un screamo ni chaotique ni conventionnel mais un subtil mélange de soubresauts, de mélodies et de cassures, un peu moshable. Et Coma Regalia font toujours ce qu'ils savent bien faire, avec passion et amour !

-

NIBOOWIN - BREATHING



Old Soul est mort, et ce groupe manque encore énormément... Mais de ses cendres est né un groupe tout aussi grandiose : Sur leur premier album, Breathing, Niboowin prend les influences les plus sombres de Old Soul, y ajoute du crust et encore plus de screamo, et on obtient ainsi une bonne demi-heure de musique compacte, violente, massive, hypnotisante. Un bloc de noirceur avec des élans de beauté ici et là, qui permet au disque de ne pas être uniquement suffoquant, et de ne pas rendre son nom ironique.

-

SEEYOUSPACECOWBOY / SECONDGRADEKNIFEFIGHT - SPLIT 7"





9 chansons, 9 assauts à grand coups de breakdowns, de grind tranchant et de noise furieuse, catégorie ceinture blanche. Un split pas loin de devenir iconique sur cette scène, et j'aime toujours autant SeeYouSpaceCowboy iels excellent dans l'art de sonner bas du front et complexe en même temps. SECONDGRADEKNIFEFIGHT ponctue sa musique de samples, en enchaînant grind et mathcore à une vitesse infernale, noyant le tout sous un océan de noise ajoutant de la violence à sa musique. Le split infernal, mais dans le bon sens du terme !

-

KNIGHTS OF GANYMEDE - S/T


Shawn Decker est présent plusieurs fois dans cet article, haha ! Il s'agit en effet d'un nouveau side-project crée avec Shaun Thisismenotthinkingofyou. Mais il fallait que je cale ce disque avant de publier cet article : il est sorti quelques heures avant que ce post soit en ligne... Je me suis réveillé là-dessus, et il réalise le rêve de pas mal d'emokids : un disque 10 titres quelque part entre emo 90's et post-hardcore, inspiré des premiers At The Drive-In, The Jazz June et Piebald, complètement inspiré par Final Fantasy... State Faults avait frôlé le sujet via certaines paroles et titres de morceaux, mais Knights Of Ganymede fonce tête baissée dans l'histoire du jeu vidéo, avec une musique quand même un peu plus accessible. Même si l'on ne capte pas les références au jeu, ça reste un très bon disque plein d'énergie, de rythmes et de mélodies qui restent en tête

-

THE SYLVIA NORTH STORY - (III)



Ils tiennent leur promesse : The Sylvia North Story sort son troisième EP mensuel, enregistré en 2H, cette fois-ci proposant un screamo aux accents 90's post-hardcore avec quelques accents... Psychédéliques ? J'aime beaucoup ce petit côté chaotique et cette pédale wah-wah qui donnent sa personnalité à ce disque. Et cette dernière track qui sonne presque comme du black metal de fond de cabane norvégienne, assez fantastique haha ! C'est fou de voir comment ce qui sonne presque comme une impro rend au final assez bien travaillé et personnel. Toujours aussi hypé pour ce projet !

-

DIANACRAWLS - LIVE SET w/ MASSA NERA & TDOAFS @ GEIST HOUSE, MONTRÉAL, 11 FÉVRIER 2018




-

DYM - RAY'S FRONT TEETH


Dans la douceur d'une nuit paisible, sur la fin d'une grippe virulente, mais s'en allant sur des airs de paix et de soulagement, découvrir un disque tout aussi soudain que tendre, quelle satisfaisante sensation. Dym a sorti Ray's Front Teeth en mi-Décembre 2017 et fait partie de tout ces trésors d'emo-punk mixés et masterisés (et parfois joués) par Joe Caithness, j'ai découvert ce groupe un peu sur le tard via mon petit épluchage hebdomadaire des bacs virtuels de Stonehenge Records, avec le petit lait de noisette chaud nocturne quotidien, et juste : wow. Un disque totalement prenant, qui nous embarque vers quelque chose d'unique, très introspectif, qui monte crescendo et devient soudainement très virulent et cathartique, avant de doucement redescendre, s'apaiser, puis se ravive de plus belle... De douces brises d'été, qui parfois deviennent bourrasques. C'est ultra cheesy dit comme ça, mais c'est exactement ce à quoi me fait penser ces 6 morceaux, qui m'évoque ce que j'adore chez Human Hands, ce qui fait mouche chez Unwound, et ce qui fait la particularité de la scène emo anglaise, en dehors de tout ces trucs twinkle et garage. Nope, là on parle du vrai, du Dischord Records-esque, et c'est vraiment trop beau. Je ne saurais que vous conseiller de l'écouter seul avec vous-même, dans un moment d'intimité, de paix intérieure ou de frustration, de vous laisser emmener, puis bercer...

Take care. 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire