dimanche 20 novembre 2011

Foire aux questions

1) LA question: L'emo est-il un mode de pensée, un style vestimentaire, une philosophie ?

Aucun des trois. L'emo est simplement un genre musical où se retrouve en lui-même beaucoup de genres musicaux dérivés du rock alternatif et du punk, voire du metal dans son évolution la plus récente, en englobant avec lui les courants de pensées du punk hardcore, sans plus ! Le seul attribut vestimentaire qu'on peut plus ou moins rapprocher à l'emo, c'est les origines punk du genre, Ian McKaye (chanteur du groupe Minor Threat et l'un des pères fondateurs du mouvement) dit lui-même dans le livre "American Hardcore : A Tribal History" de Steven Blush qu'il portait des chaînes, des bandanas et s'habillait en noir comme la plupart des hardcore kids et des punks à cette époque. Mais cela n'est en rien un signe identitaire de l'emo, car il n'en existe pas ! À savoir que le terme "emo" en tant que style musical est lui-même rejeté par ses créateurs... Rien n'oblige un passionné de musique emo à être triste, se maquiller, ou à se déguiser en punk ou en gothique, ce sont des préjugés esthètes et discriminants venus de l'évolution mainstream du genre, on peut très bien n'avoir absolument aucun look, des cheveux à ras, être la personne la plus heureuse du monde, et être un mordu d'emo !

Même si l'emo et le screamo traitent de sujets philosophiques et politiques qui reviennent assez souvent en soi, ce n'est pas pour autant que ces styles musicaux deviennent sectaires et que ces scènes sont vouées à devenir un clan. Il s'agit de messages, pas de propagande. L'emo n'est pas un parti politique ;)

2) Emo, emocore, skramz, screamo, post-hardcore, metalcore, deathcore... J'y comprends rien, ça fait mal au crâne !

Eh bien tu comprendras bien vite : Du hardcore est né l'emo, de l'emo est né le screamo, du hardcore et du metal est né le metalcore. Au fur et à mesure, le metalcore s'est divisé en deux : La première moitié restant dans les bases absolues du style, que représentent par exemple Earth Crisis, Unbroken et Converge, la seconde moitié s'étant émancipée vers des contrées death metal voire nu-metal, également nourrie de la définition absolument honteuse du post-hardcore que les grands médias donnent en citant des groupes comme Attack! Attack! ou Asking Alexandria. Par contre, dans chacune des deux dérivations, on y retrouve pas mal de formations s'essayant au jazz et au progressif. Le deathcore (quand il n'est pas déformé par 90% de sa propre scène) est une branche qui exacerbe et rend beaucoup plus sauvage et malsain le metalcore deuxième division, en faisant davantage ressortir les influences death metal, le tout dans un univers souvent chaotique et écrasant, nourrie de technicité dans les riffs de guitare. Le post-hardcore est frère de l'emo : le groupe Rites Of Spring est par exemple une origine commune aux deux. Les deux genres se rejoignent souvent musicalement parlant, bien que le post-hardcore soit dans son ensemble plus lourd et/ou plus saccadé, mais les deux cherchent tout aussi loin musicalement, avec les mêmes racines, les mêmes courants de pensées, globalement les mêmes idéaux. Tout ces amas de genres musicaux sont facilement liés l'un à l'autres car ils sont à peu près tous des origines identiques. Quand à l'emocore et le skramz, il s'agit juste de deux termes parmi tant d'autres nés dans la fanbase punk pour qualifier de nos jours l'emo ou le screamo ;)

3) Existe-t'il des groupes emo, screamo, et post-hardcore en France ?

Bien sûr, et il faut savoir que la scène screamo hexagonale a beaucoup compté pour la genèse et l'évolution du style à travers le monde. La fameuse "French way of screamo" !

▶ 100% emo / screamo: Amanda Woodward, Carther Matha, Daïtro, Mihai Edrisch, Belle Epoque, Baron Noir, Anomie, Weep, Undone, Peu Etre, Alcatraz, Ananda, 2138, Jasemine, Rachel, Finger Print, Ivich, Petit Printemps, L'Invention de Morel, Hebb, Whatswrong, La Crève, Jarod, Après La Chute, Aleska, Avion, The Flying Worker, Short Supply, Erevan, Vanilla, Last Tango Theatre, Castle Ruins, Madame De Montespan, Bâton Rouge, 12XU, Laïka, Gantz, Gameness, L'Homme Puma, The Third Memory, Bökanövsky, A.S.T.R.O, The Solexine Chapter, Cathedraal, Tobaïas, ATELO/phobia, Ravin, Virasay, Furrowed, Noyade, Alta Marea, Potence, Monte Ida, Ingrina, The Famous NTM, Farewell, Jeanne, À La Dérive, Another Five Minutes, I Was A Cosmonaut Hero, Solitone, Les 2 Minutes De La Haine, More Dangerous Than A Thousand Rioters, Sugartown Cabaret, Mort! Mort! Mort! / Aussitôt Mort, Dead Sailors, Souvenirs, Rejoice, R.A.V.I, Child Meadow, Les Mauvais Jours, Discorde, Burning Bright, Death Mercedes, Who Needs Maps?, Geraniüm, Le Dead Projet, Rotten Tofu Adventures, Woodson, Birdie Steptoe, Sed Non Satiata, Chaviré, Kiss The Bottle, Myra Lee, Sport, Cycle To, Slice Of Life, Like Wires, Cold Heart Days, Uwaga, Mannequin, The Apollo Program, Hyacinth, Aghast, Farewell, Taciturn, Mothra, Canine, Grand Terminal, Chasing Paperboy, Birds In Row, PAST, Brume Retina, Un Automne De Plus.

▶ Influencé par le screamo - emo / proche de la scène : Fall Of Messiah (leur deuxième disque sonne comme un mélange entre du bon La Dispute et Meet Me In St. Louis), Metronome Charisma, Year Of No Light (avant Nord, c'était du post-hardcore / post-metal), Revok (avec des membres de Belle Epoque et Gameness, quelque part entre sludge, noise post-hardcore et screamo), As We Draw, Céleste (la suite black metal de Mihai Edrisch, le premier album était très concrètement un blackened Mihai Edrisch), I Am A Curse, The Rodeo Idiot Engine, I Pilot Daemon, Time To Burn, Gazers, The Prestige, General Lee, Drawbacks, Nine Eleven, Ghost Trap

4) C'est disponible en quelle langue, tout ça ?

Personnellement, j'en connais en russe, coréen, anglais, français, japonais, italien, suédois, tchèque, allemand, polonais, espagnol. Du screamo, il y en a partout dans le monde, et comme le metal, il garde un certain respect de la langue natale de chacun des chanteurs. Pas mal de groupes s'essaient d'ailleurs à plusieurs langues dans leur discographie.

5) Existe-t'il des festivals où jouent des groupes interprétant ces genres musicaux ?

Oui, un peu partout dans le monde. Le plus réputé est le Fluff Fest, en République Tchèque, qui est le plus gros rassemblement européen hardcore, emo et crust. Je peux également citer le Cry Me A River Fest, et le New Noise Festival, tous deux allemands. Après, il y a une multitude de festivals plus ou moins grands du genre, à vous de chercher lesquels ensuite, c'est pas comme si il n'y en avait que deux... En France, pas mal de petites salles, de petits bars, de squats, accueillent ces styles musicaux, mais pas de salles connues. Paris, Lyon, Metz, Laval et Caen sont les villes qui reviennent le plus souvent lorsque l'on tente de trouver un centre nerveux à la scène en France. 


6) Je suis un/une mordu(e) de l'emo véritable, je déteste la scène "emo mainstream", mais il me semble que je m'habille façon "emo mainstream" : slims, Vans Era, coupes caractéristiques, ou autres ressemblances... Je risque de me faire rire au nez par les puristes...

La, deux choix s'offrent à vous. Soit on est réaliste et on se rend compte que les trois-quarts des fans de n'importe laquelle des dérivations de l'emo (autant les fans que les artistes) se rejoignent sur au moins un point vestimentaire, donc on assume sa personnalité et on explique (ou pas, les gens n'ont pas besoin de juger tes choix vestimentaires au final) qu'on aime simplement ce look pour telles ou telles raisons qui vous regarde, soit on est borné et on en fout plein sur la gueule de ceux qui aiment simplement se fringuer ainsi sans en abuser comme ceux que les Internets appellent "kikoolols" le font si bien, donc on juge sans connaître la personne, donc on est con puissance 42. Il est fatalement évident qu'à partir du moment ou l'on arbore volontairement ne serait-ce qu'un élément de style vestimentaire qui revient souvent dans la scène emo (vêtements sombres et près du corps en règle générale, manches et jeans retroussés, et me faites pas chier, vous avez qu'à regarder sur scène et autour de vous dans le public, vous verrez la même chose que moi), c'est un peu une "preuve" de la sympathie de chacun pour le mouvement "emo", mais contrairement à ces fameux "kikoolols" qui adoptent un style pour se faire remarquer autour de soi, un mec/une fille qui se fringuera en s'inspirant de ce qu'il voit dans les concerts emo se sapera ainsi parce qu'il aime ça, parce que ça le marque, parce que c'est son mouvement, qu'il se sent bien dedans, point. C'est peut être un peu du communautarisme en soi, mais je vous défie de citer un seul mouvement qui n'a pas de marques d'identification vestimentaire.

7) C'est quoi le positionnement de l'emo par rapport aux différences de chacun ?

L'emo, c'est du punk. Et en principe, le punk, c'est : aucune discrimination tolérable, peu importe la couleur de peau, l'origine, le niveau de vie, l'orientation/l'identité sexuelle. Nous sommes tous égaux en droit, nous nous devons le respect, l'entraide, la sympathie, l'honnêteté. C'est également l'intolérance absolue du sexisme : l'emo est un mouvement où les femmes sont au même rang que les hommes (c'est incroyable de devoir écrire ce genre de choses au 21ème siècle), où leur liberté d'action et d'expression est absolue, et où le sujet de la défense du droit des femmes revient régulièrement. Autrement dit, ce milieu ne t'intéressera pas si tu as des idéaux du côté droit de la balance politique, que tu es machiste, raciste, homophobe, transphobe, et nous conchions tes opinions.

17 commentaires :

  1. Pour les festoches, le Fluff Fest qui se passe en République Tcheque reste le plus gros festival d'Europe en matière de hardcore, emo, crust.
    Sinon la scene Lyonaise et Caenaise sont de bons exemples de villes très branchés hardcore musicalement.

    Malcolm

    RépondreSupprimer
  2. Il y a aussi par exemple le Cry Me A River Fest (https://www.facebook.com/events/137423436359928/), plus dédié au genre que le Fluff (qui est à la base plutôt un rassemblement punk-hardcore) et le New Noise Festival (https://www.facebook.com/events/137423436359928/), tous les deux en Allemagne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour les suggestions Rémi, je les ajoutent dans ma question sur les festoches !

      Supprimer
  3. Angélique Monteuil3 novembre 2014 à 23:59

    Tu situe où Samiam et At the drive in ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. At The Drive-In c'est clairement situé dans le post-hardcore, dans la lignée de Fugazi ou Indian Summer. Toi qui écoute La Dispute, tu peux ressentir des influences ATDI sur leur album "Somewhere At The Bottom Of The River Between Vega And Altair".

      Samiam est quand à lui proche de Jawbreaker (avec qui ils ont sorti un split en 1992) ou de Hot Water Music, autrement dit du punk rock raclé du fond de la gorge et aux guitares puissantes, le tout inspiré par la scène emo.

      Voilà m'dame !

      Supprimer
  4. De l'emo est né le screamo, du hardcore et du punk est né le metalcore.
    N'y aurait-il pas une erreur ?
    De l'emo est né le screamo, du punk-hardcore et du métal est né le metalcore.

    death metal viore néo-métal
    Petite faute de frappe ;) Et sinon pour les petites fautes d'orthographe, j'ai repéré : Même si l'emo et le screamo traite(traitent) / également nourri(nourrie) / qu'ont donné(donnée) [=avec avoir, le p.p s'accorde avec le cod si celui ci est placé avant le verbe, ici il s'agit de "la définition"] / Tout cet amas de genres sont(est) [malheureusement si on met est, la suite de la phrase ne suit plus, je conseille d'enlever "cet amas" et de garder tout le reste intact (tous ces genres sont...)] / l'emocore et le skramz, c'est juste(ce (ne) sont juste) [sujet est pluriel, logiquement ça donne "sont", bien qu'à l'oral ca soit plus ou moins accepté, à l'écrit c'est mauvais !] / c'est pas comme si il y (pas comme si il n'y) / de petites bars (petits ! ><) / pour tel ou telles raisons (telle ou telle raison)
    Voilà ! Sur certaines je titille je l'avoue :D
    #Guillaume Falaix

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais il est pénible le jeune homme à venir me corriger sans que je lui demande son avis hahaha ;) C'est vrai qu'il y avait de vilaines fautes que je n'avais pas pris le temps de corriger lors de la mise à jour de mes principaux articles. C'est désormais fait, merci à toi !

      Supprimer
  5. Yo,Tu pense quoi d'un groupe comme leltlive.?Et tu le situerai dans quelle genre musical?

    RépondreSupprimer
  6. Salut Edwin !

    Alors, Letlive. ont le cul entre deux chaises : d'un côté une influence évidente des pionniers du hardcore roots et du post-hardcore des années 2000 tels que At the Drive-In, Glassjaw ou Refused, et de l'autre des groupes bien plus "mainstream", qui n'ont pas grand chose à voir avec le post-hardcore mais qui y sont tout de même affiliés, je pense aux débuts de The Used par exemple. Je trouve que Letlive. a mal évolué, devenant un peu trop sage... Mais c'est un avis qui n'engage que moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ta réponse.

      Je réitère les même questions pour le groupe Moving Mountains(j'ai vu certains avis qui disait qu'il y avait de l'emo dans leur musique.Info ou intox?)

      Supprimer
    2. Je t'en prie !

      Bah Moving Mountains c'est pas tant de l'emo en soi, mais ça en est influencé, même si ils le sont plus par le post-rock et l'indie rock en général.

      Supprimer
  7. yo j'ai connu grace à ton blog un nouveau style de musique que je ne conaissais pas auparavant,le shoegaze.Par quelle artiste je pourrais commencer pour découvrir cette musique?(j'ai déja écouté my bloody valentine mais j'ai pas accroché)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Eddy !

      Alors, si tu n'as pas accroché à My Bloody Vanlentine, essaie Slowdive ou Ride. C'est déjà plus accessible, plus atmosphérique. Tu m'en diras des nouvelles !

      Un groupe russe m'a mis une vraie claque en ce début d'année dans le style shoegaze, c'est Pinkshinyultrablast. Essaies donc leur album "Everything Else Matters". :)

      Supprimer
    2. Merci pour les infos sinon jvoulais savoir si c'était possible que tu puisses publier les dates de concerts françaises des groupes dont tu parles dans ce blog,ainsi que sur Alternative News.

      Je trouve qu'il ya une infime visibilité de ce style de musique(à part le tien et bien d'autres) et je sait quasiment jamais quand les artistes viennent en France.

      Supprimer
  8. slt serait ce possible que tu fasse la chronique de l'album d'Admiral Arms,Chapter Unfold? qui est sorti (malheureusement)après la dissolution du groupe

    RépondreSupprimer
  9. I think it's, in general, a great contribution to clear... EMO ES PUNK. (a huge from Valladolid, x-pain)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://issuu.com/nadiealambrenlacintura/docs/emo

      Supprimer