lundi 9 septembre 2019

Avec "Resonate", CIRCLES perpétue le Revolution Summer à la nantaise.



● Y'a quelques temps, je vous parlais avec enthousiasme de CIRCLES, un groupe venu de Nantes avec des visages familiers, croisés X fois à des concerts de leurs précédents groupes ou side-projects, parmi eux SUGARTOWN CABARET et SITUATIONS. Je racontais que aussi incroyable que ça puisse paraître, c'est le premier groupe français à jouer une musique qui sonne vraiment comme la scène punk hardcore de Washington D.C de la fin des années 80, influs RITES OF SPRING / DAG NASTY à blinde. Et pourtant c'est vrai (allez, peut-être que ABJECT OBJECT flirtait musicalement avec cette scène avant eux...), et ils le font avec une petite touche de "modernité", un truc frais à la PRAISE, Et chouette nouvelle : les revoilà, confirmant tout le bien que je pense d'eux, sur un 4 titres. Il s'appelle Resonate, et il me semble qu'il est légèrement plus dark que la démo ? Je pense notamment à l'intro de "Anattā", où le tempo est nettement plus lent que ce que l'on connait du groupe, et de ce qu'il délivre sur le reste du disque, et l'atmosphère générale du titre "Resonate". En tout cas, c'est toujours rempli de riffs mélodiques et d'un esprit posi.

Fidèles au contexte de la scène qui les influence tant, on retrouve un discours très politique, dans leurs paroles. "Guns N' Bruises" traite des violences étatiques et policières, un sujet qui fait particulièrement écho à un fait survenu récemment à Nantes et qui a touché les membres de CIRCLES : la mort par noyade de Steve Maia Caniço, à la suite d'une violente charge de CRS à l'issue de célébrations de la Fête de la Musique en bord de Loire. "Resonate" nous rappelle quand à lui à la révolte populaire des Gilets Jaunes, en évoquant cette camaraderie, parfois même ces liens d'amitié tissés lors des rassemblements, qui nous unissent face à la répression, nous donnent la force de ne pas abandonner. "Grey Winds" évoque ces personnes qui voudraient défaire la supposée "bien-pensance" (a.k.a tout ce qui est du spectre gauchiste de la politique) et démolir le système, mais qui réagissent à l'inverse de ce qu'il faut faire et qui au final l'aide à perdurer, et proposent ces populismes, ces idées nauséabondes, qui au final permettent à des personnes complètement hors-contrôle de se retrouver à la tête d'états et asseoir ces idées... 


- "Frustrated like no one else,
you hate the world like no one else.
Have you ever considered putting a little sense
in this rage that burns like nowhere else?"


En vrai, il me manque peut-être un peu de ces gros slogans comme le "LET PUSH THINGS FORWARD !" de la démo, j'aurais aimé plus de ces moments à chanter le poing-levé (ou juste dans sa tête parce que la réalité c'est que personne à part peut-être à Nantes chantera leurs paroles en live) à s'en déchirer son t-shirt TRAINWRECK comme celui de Antoine (batterie) au dernier concert de SPORT à Paris, de cette énergie qui la caractérisait, et même ce petit côté funky que tu pouvais ressentir notamment sur "Rats". Mais on retrouve sur Resonate les éléments principaux de leur musique, y'a quand même plein d'instants pied-au-plancher, et ils s'illustrent joliment avec ce disque. Content de vous retrouver en forme !


- "Class, skin are drawing the borders,
nothing new but have you ever wondered,
how long will we accept state violence ?
We have to right to not remain silent."








 Some times ago, I spoke with enthusiasm about CIRCLES, a band from Nantes, France, with familiar faces, crossed many times at gigs of their previous bands or side-projects, like SUGARTOWN CABARET or SITUATIONS. I said that as incredible as it sounds, this is the first French band to play a music that really sounds like the Washington D.C hardcore punk scene of the late 80s, stuff like RITES OF SPRING or DAG NASTY. And yet it's true (oh, maybe ABJECT OBJECT flirted musically with this scene before them...), and they do it with some "modernity", a refreshing take on the harD.Core thing, à-la PRAISE, and great news : they released a new record, confirming their talent. It's called Resonate, it's actually a 4-track EP, and I think it's slightly darker than the demo? I think in particular of the intro of "Anattā", where the tempo is much slower than what we knows of the group so far, and of what they deliver on the rest of the record, and the general atmosphere of the song "Resonate". But it's always filled with lots of melodic riffs and a posi spirit.

Faithful to the context of the scene that influences them so much, we find a very political speech in their words. "Guns N'Bruises" deals with state and police violence, a topic that particularly echoes to a recent event in Nantes that affected the members of CIRCLES: the drowning death of Steve Maia Caniço, following a violent charge of cops after celebrations of the Fête de la Musique on the banks of the Loire. "Resonate" reminds the popular revolt of the Yellow Vests, evoking this comradeship, sometimes these friendship links built during the the protests, assembies, strikes... Which unite us against the repression, give us the strength not to give up. "Grey Winds" evokes those people who would defeat what they called the "good-thinkers" (a.k.a everything that is on the leftist spectrum of politics) and demolish the system, but are reacting the opposite of what we need to do and who in the end help that system to continue its way, and propose these populisms, these disgusting ideas, which ultimately allow completely out-of-control people to be at the head of some states and to help setting these ideas on our societies...


- "Frustrated like no one else,
you hate the world like no one else.
Have you ever considered putting a little sense
in this rage that burns like nowhere else?"


●  In fact, I miss some of these big sing-alongs moment like the "LET PUSH THINGS FORWARD!" of the demo, of this energy that characterized that record, and I would like more of these verses with gang vocals to sing a fist in the air (or just in his head because truth is that no one, except perhaps in Nantes, will sing their words with them live), and even that little funky side you could feel especially in "Rats". But we still find on Resonate the main elements of their music, there's still plenty of fast, catchy moments, they still in a "more than music" songwriting, and they illustrate themselves nicely with this record. Glad to heard them again in this shape!


- "Class, skin are drawing the borders,
nothing new but have you ever wondered,
how long will we accept state violence ?
We have to right to not remain silent."

dimanche 8 septembre 2019

Tempête, catharsis et fake news : mon résumé du FLUFF FEST 2019



● J'ai failli capituler et ne pas y aller cette année, me rendant alors à l'évidence que j'allais devoir terminer mes vacances en subissant la canicule historique qui a fait chauffer Paris et sa banlieue à près de 43°C. Un jour de taff mal placé, soit le Lundi après-midi, et hop, le timing était brisé... Mais en vrai, il y avait une solution quelque peu risquée mais jouable : un avion hyper tôt le Lundi matin à Prague, pour arriver à Paris à 9h du mat', pouvoir rentrer, poser toutes mes affaires, prendre une douche et partir au boulot tant bien que mal. Une option que j'ai choisi sans vraiment hésiter, mais j'y reviendrais. Comme quoi, même quand tu prends des vacances de ton travail, il revient toujours au galop te rappeler à quel point il a de l'emprise sur ta vie et ces instants d'évasion.

C'est ainsi la 3ème fois que je suis allé·e au Fluff Fest. Cette fois-ci je partais de Strasbourg, avec un·e ami·e que j'avais pas vu depuis quelques temps, iel me manquait, on a passé la soirée de la veille de notre départ à regarder Queer Eye en mangeant une méga-platrée de pâtes avec plein de gourmandises vegan dedans et en buvant une infusion toute douce, jusqu'à pas d'heure. Et j'allais alors découvrir pendant notre long trajet et à notre campement d'autres adorables personnes qui allaient animer nos soirées au campement à coup d'anecdotes incroyables et blagues globalement nulles (et pas craignos) mais qui font rire à tous les coups. Puis j'allais y retrouver ce fameux Momo de Metz, plein de facéties, les vrai·e·s sauront reconnaître ce personnage atypique 😊. Ce filou m'a même offert des menottes lors de notre dernier réapprovisionnement en bouffe à Rokycany, à accrocher à son pantalon comme une chaîne évidemment, façon "scene kid", still not a phase ! Le trajet Strasbourg - Rokycany s'est principalement déroulé autour de tubes de la variété française, de remixes de DJ Chelou et Khaled Freak, ainsi qu'avec le premier album de BELGRADO (soit l’un des meilleurs groupes de post-punk du monde, que tu le veuilles ou non). C'est devenu mon rituel de Juillet, mes vacances loin de cette routine oppressante vers cette province tchèque, qui me plonge dans ce que j'adore musicalement et humainement. Voir plein de groupes que j'adore, en découvrir d'autres tout aussi cool, se gaver de ces incroyables seitan gyros, devenant parfois tacos après une certaine heure tardive, passer des heures à croiser et traîner avec plein de personnes familières et ami·e·s, partager un moment d'une rare convivialité même dans nos scènes, dans cet aérodrome perdu à une heure de Prague, pour la 20ème fois.

Le Fluff Fest fêtait son 20ème anniversaire, et promettait pour l'occasion de mettre les bouchées doubles : 5 jours de concerts, une place beaucoup plus importante donnée à la politique... On pouvait  par conséquent s'attendre au Fluff ultime ! Eh bien au final, pas tant que ça : Il y avait bel et bien le Vendredi, Samedi et le Dimanche qui se déroulaient à Rokycany, mais les deux autres jours correspondaient à un pré et un post-Fluff... Probablement imaginé comme étant sur la route de la majorité des festivalier·e·s ? Pas bête, mais le post-Fluff a été annoncé avec BIRDS IN ROW à l'affiche, dans une salle à la capacité évidemment BEAUCOUP plus petite que celle de l'aérodrome (mais pas non plus minuscule), dans un bâtiment abandonné de Prague. La déception fût grande, et compréhensible : Je pense que tout le monde s'attendait à clore le festival avec eux, ou bien cramer au soleil devant leur set. Je me souviens de leur passage au Fluff 2017 en mainstage, c'était grandiose. Tout le monde fût transporté par leur musique qui fait l'effet d'une rafale, déclenchant soudainement sing-alongs sortis du fond du cœur et stage-dives à répétition (encore merci pour la dédicace sur "A Kid Called Dreamer" d'ailleurs ). Alors, en toute logique, on s'en attendait à vivre cela à nouveau pour célébrer comme il se doit les 20 ans d'un fest qui, pour l'occasion, proposait un line-up déjà étourdissant : l'avant-dernière date de SPORT, l'avant-dernière européenne de GRAF ORLOCK, une date exclusive de CEREMONY, la tournée STATE FAULTS / SHIROKUMA, les nantais de CHAVIRE et HEAVY HEART, le magnifique screamo italien de ØJNE, la bagarre straight-edge de TØRSÖ, WAKE OF HUMANITY et xBYSTANDERx... Et tiens, justement, du SxE, y'en avait pas tant que ça à l'affiche cette année. Pourtant il y avait pas mal de X-watches et de tee-shirts à l'effigie du SxE parmi les festivalier·e·s. Heureusement, diront les puristes du fest et les SxE fidèles au poste.

En plus de ça, il était prévu qu'une grosse place soit accordée à la politique cette année ? Des conférences sur une plus grande scène ? Des collectifs qui prendraient la parole, organiseraient des trucs, des prises de paroles par des personnes concernées par des oppressions systémiques ?? Eh ben non, on était toujours sur le même format, à l'Infotent, sans que personne ne soit vraiment informé·e de ce qu'il s'y passait autrement qu’avec un panneau à l’entrée de la tente. Au final, la seule différence visible en termes de politiques dans l'enceinte du fest cette année, ce fût les grands drapeaux LGBTQIA+ hissés à l'accueil et sur la mainstage... Une posture certes agréable, et de toutes façons qui coule de source, mais pourquoi dans ce cas ne pas avoir alors donné plus de visibilité aux conférences données à l'infotent à propos des luttes LGBTQIA+, par exemple ? C'est vraiment dommage, cela aurait été cohérent avec la démarche supposée du fest, son anniversaire, et avec les temps qui courent...

Voilà, on se retrouve donc avec un Fluff pas si "deluxe" que ça pour ses 20 ans, le seul truc qui ait vraiment changé au final étant la disposition des scènes. Beh ouais, le Fluff s'est fait une petite fantaisie plutôt curieuse de prime abord : la tentstage a grossi, la mainstage a minci, si bien que les 2 scènes sont devenues quasi-équivalentes, la mainstage est dans l'autre sens qu'habituellement et la nouvelle tentstage prend la place du stand de merch, qui sépare désormais les deux scènes. Avec la All Go No Slow (qui fera également office de troisième scène le Dimanche) située derrière les deux scènes. Une configuration qui pouvait éventuellement laisser craindre une sonorisation quelque peu chaotique, si des sets de chaque scène se chevauchaient, mais au final les génies du son du Fluff ont bien fait le boulot, et aucun concert ne semblait empiéter sur l'autre, en tout cas de ce que j'en entendais... Hormis ceux de l'infotent. Aucun changement en revanche pour la Psych Tent, fidèle à son poste et à sa superficie ! Et personnellement, j'ai aimé le fait que les 2 scènes principales soient similaires, et qu’on ai tou·te·s vachement plus de place autour de la tentstage.

Pas de changements aussi niveau camping et parking : toujours trop peu de douches (4 cabines pour TOUT LE MONDE !), avec deux prises et le chauffage (quand il fonctionne...) il est vrai, trop souvent l'eau chaude fût H.S, et puis bon, on connait ces fameuses Toi-Toi, ces toilettes sèches qui demandent du courage pour être utilisées en journée... C'est peut-être un peu capricieux, même si je suis persuadé·e que non, mais lorsque l'on propose ces services de base, ce n'est pas pour faire illusion, à priori... Toujours cet effort de maintenance à faire ! Cela dit, l'eau des douches était chaude (ou au pire un peu tiède) toute la journée qui a précédé l'énorme orage qui a submergé le fest, et ça c'est cool. J'y reviendrais plus bas.

Voilà, après le "grougrou" (qui reviendra lui aussi plus tard), on va parler un peu des trucs cool, qui consistent principalement en la nourriture et le line-up haha ! Des données universelles... Bien que, c'est subjectif. Mais il me semble qu'on y va finalement tou·te·s pour plusieurs raisons communes : passer quelques jours de vacances loin de tout, dans un cadre festif, une célébration de nos scènes, de nos combats (en théorie), autour de bonne bouffe 100% vegan, sans complexe, sans peur d'être soi. On y va parce qu'on sait qu'on va se marrer, prendre des claques musicales, larver dans la piscine d'en face pendant toute une matinée sur sa plus belle bouée ou juste y faire ses plus beaux plongeons, galérer à poser nos tentes et aller aux toilettes mais le faire quand même… Passer du bon temps hors de nos prisons sociales, professionnelles et digitales (même si les écrans se font toujours présents lors des concerts, et je suis loin d'être une exception). Cette année, la programmation était quand même assez balaise et bien variée. Peu de crust, peu de hardcore straight-edge, mais un bon panel de ce qui se fait de cool en post-punk, sludge, emo, screamo, post-metal ou autres bizarreries propres à la Psych tent. C'était pour ma part une année riche en découvertes, et riches en sing-along. Le festival s'est assuré un carton plein rien qu'avec la présence de CEREMONY et SPORT, qui ont livré un chouette gig chacun dans leur domaine, les lyonnais avec un sourire et des émotions fortes qui ne les lâchaient pas, et les américains déter' à noyer tout le monde dans la boue battue par les moshers et autres stage-divers de TØRSÖ.

C'est toujours assez compliqué de jongler d’un concert à un autre, surtout quand t'as envie d’en faire plein et que ça s'étale sur un après-midi entier et pendant une journée très chaude comme le Vendredi. Le Fluff Fest se passe principalement en plein air, alors quand le soleil tape, c'est sans pitié. Pendant le set de GRAF ORLOCK, je me sentais glisser vers le malaise, et j'en ai pas profité pleinement… Et c'est con, parce que c'était très cool. Pas mal de redécouvertes et de surprises cette année dans l'ensemble, comme avec ce duo qui jouaient quelque chose entre de l'emo/post-hardcore à l'écossaise genre CARSON WELLS, et un truc à la SELF DEFENSE FAMILY, et peut-être un peu de SONIC YOUTH. Ça s'appelait BUMBRLE, ça jouait à 13H le Dimanche sur la Psych Tent, le chanteur/guitariste joue dans moult autres groupes dont un orchestre screamo nommé LA PROSPÉRITÉ, et c'était grandiose. Ça tirait allègrement vers le blues avec de la réverb', ils se faisaient entendre jusqu'à notre campement qui réunissait l’axe Strasbourg / Tours / 92i, et petit à petit, leur musique a suscité ma curiosité, puis un coup de cœur (qui s'écoute ici : https://stoned-to-death.bandcamp.com/album/bumbrle) … Tiens, à la Psych Tent de cette année, j'y aurais aussi découvert EDUCATION, du post-punk / hardcore italien bien barré et vénère, qui m'a pas mal rappelé leurs camarades de scène de IMPULSO que j'avais vu à la fin du Fluff de l'an dernier et qui m'avait tout autant marqué·e, et LAVRA, un curieux et intriguant duo tchèque entre electropop, noise et indus… Je pense être un peu nul·le pour décrire leur musique correctement, y'avait même un peu de trap déstructurée je crois, mais en tout cas j'ai beaucoup aimé comment leur musique se décomposait et sombrait parfois dans de la noise et du shoegaze en nous hypnotisant, en prenant des airs chaotiques, alors que de loin tu entendais des couplets catchy et presque cheesy, dans le genre de BANKS tu sais. Mais ouais, chouette découverte, ça me sortait de ma zone de confort musicale, je le voulais cette année. Un peu avant le set de LAVRA J’y ai aussi découvert URN, un projet solo mélangeant drone, jazz, ambiant, electro et post-rock. Drôlement envoûtant, parfois un peu trop messy pour moi, mais une jolie découverte dans l'ensemble... Parfaitement le genre de trucs que En Veux-tu En V'là pourrait booker à Paris, si ça a pas déjà été fait :D !

Comme je m'y attendais, j'ai pu assister à des concerts magnifiques, qui ont illustré mes motivations à aller au Fluff : je pense notamment au concert de ØJNE, qui a fini en liesse, en explosion de joie et d'émotions diverses, un moment de partage et de vie rare. Vraiment, c'était pas juste un concert d'un groupe cool, c'était un moment de catharsis énorme, où les personnes de ØJNE réalisaient à peine ce qui se passait devant leurs yeux qui brillaient : une foule abandonnée à leur musique, qui venait des 4 coins de l’Europe, chantant des paroles venant d’une langue qu'iels ne connaissent pas du tout pour certain-e-s (je cite les propos du groupe pour le coup !)… C'était vraiment chouette. Il y avait eu la même émulation pour le concert de SPORT, c'était 2 fois plus intense que lors de leur set à Paris qui m'avait déjà retourné·e. Mais là, c'était prévisible 😊, cette avant-dernière était très attendue depuis l'annonce du line-up du Fluff 2019, et chacun·e a eu le temps de s'y préparer… Bon, comme à Paris aussi, héhé. Mais, forcément, il y avait plus de monde, donc plus de fête ! Il y avait aussi cet incroyable concert de ASTRID LINDGREN, ce groupe polonais à cheval entre melodic hardcore et emo façon LIFETIME ou DEATH IS NOT GLAMOROUS que je ne voulais vraiment pas manquer, qui se déroulait sous un impressionnant déluge, qui n'a pas empêché des irréductibles et moi-même de voir leur set riche en sing-along et chutes dans la boue fraîchement inondée…. Il faut savoir qu'on a eu ce jour-là l’un des orages les plus forts de toute la République Tchèque et qui a duré une bonne heure ! Ce qui a fait que les sets de TØRSÖ et CEREMONY étaient très périlleux à suivre pour le public, tant le sol était boueux et retourné et tant ça allait forcément être le zbeul… Pour TØRSÖ, je voulais me rattraper sur leur passage parisien chaotique à cause de ces quelques zozos machistes qui ont ruiné l'ambiance, et faire un peu plus la fête. Eh beh, c'était encore plus chaotique hahaha ! Mais pour des raisons plus climatiques qu'autre chose alors c'est OK. Puis ce serait naze d'empêcher les gens de faire du stage-dive : un windbreaker au-dessus de tes fringues, une casquette et hop, tu étais protégé·e toi et tes vêtements favoris contre les projections de boue ! Perso je trouvais ça rigolo, c'était chiant de se faire salir certes, mais si t'avais prévu le nécessaire, à savoir des trucs prévus pour être salis parce que, quand même, tu vas à un fest où il est question de camper et de passer le plus clair de ton temps dehors, bah c'est tranquille.

Je suis rentré·e du Fluff après le set de THE BODY, Dimanche soir, trop brutalement. J'ai pas dit « au revoir » à plein de monde, pas le temps : les amies locales qui m'ont proposé de me ramener à l'aéroport de Prague pour ne pas louper mon avion le lendemain matin devaient reprendre le travail plus tôt encore que l’heure de décollage de mon avion, soit 7h du mat… Alors je ne pouvais pas les faire poireauter et les faire prendre la route à minuit, on est parti·e·s vers 23h, on a filé vers l’aéroport… Le lendemain à 9h, j'étais déjà dans le RER. Un changement tellement brusque d'atmosphère. J'ai mis énormément de temps à me faire à l'idée que ça y'est, c'était fini, que la vie reprenait son cours…

Pendant le Fluff, un mystérieux compte Instagram est apparu, prétendant qu'un concert secret de HAVE HEART allait se dérouler, relevant des indices complètement stupides, genre une branche d'arbre ou un hélicoptère random censé leur assurer une arrivée spectaculaire. La supercherie était plus ou moins basée sur la présence de HEAVY HEART sur le line-up (la similitude entre les 2 noms, tout ça), et alors que la reformation de la formation culte de melodic hardcore straight-edge et son concert donné devant littéralement 10000 personnes à Worcester, Massachusetts, faisait des émules. Encore aujourd'hui, des gens cherchent qui se trouve derrière ce compte... Je vous annonce que, pendant l'énorme averse, et après que notre conversation ait stratégiquement dérivé vers le football pour aiguiller mes recherches après un premier indice apparu sur la story du compte, j'ai vite trouvé de qui il s'agissait, et je vous informe que ce fanfaron se trouve dans l'est de la France et a déjà joué au Fluff ;)

Ce fût mon 3ème Fluff, qui fût pour moi riche en rencontres diverses et en retrouvailles, qui fait toujours office de puissant exutoire annuel pour plusieurs centaines de personnes issues de divers contre-courants du punk et du hardcore dans toute l’Europe voire même d'autres continents, mais qui m'a encore un peu plus ouvert les yeux sur les défauts du fest :

● Un manque de vigilance certain en dehors de l'entrée / billetterie qui fait que, basiquement, n'importe qui peut entrer sur le camping et y faire ce que bon lui semble, à commencer par des vols, un fait qui s'est produit chaque année à ma connaissance depuis la première fois où j'y suis allé·e, en 2017. Ça éviterait aussi que des personnes dangereuses ne s'infiltrent au sein du fest avec des armes factices ou non : cette année, une personne avec un faux flingue mais un vrai couteau a été repérée, puis appréhendée deux heures après son arrivée sur les lieux… Par la police. L'orga du Fluff a été obligée d'aller sciemment contre ses motivations politiques et de faire venir les flics au sein d'un lieu où il n'est pas question que la police y soit présente en temps normal (on sait déjà comment elle adore patrouiller autour du fest et espionner ce qui s'y passe). Si l'orga était plus cohérente avec sa propre politique et avait en tête que parmi les militant·e·s antifascistes existent des personnes formées à diverses techniques de défense et de contre-attaque, des personnes qui font parties de collectifs divers, et qu'elle proposait à certaines de ces personnes, parfois présentes au fest, à un collectif antifasciste local ou européen, de tenir une garde lors du fest, il y aurait sûrement beaucoup moins de problème de la sorte. Peut-être aussi moins de problèmes de machisme, de sexisme…

● Car oui, comme dans N'IMPORTE QUEL festival, concert, rassemblement en rapport avec la musique punk à notre époque, peu importe sa portée politique (bon, quand-même à moindre portée quand c'est clairement à gauche, mais still), il y a au Fluff du sexisme, de la virilité toxique, qui s'est encore vérifiée cette année. J’ai vu pendant le concert de NIBOOWIN une femme se faire violemment invectiver et bousculer par deux mecs bien relous. Y'a beaucoup trop de mecs, sur scène comme aux douches qui imposent leur corps comme si ils étaient chez eux ou parce que ben, juste pour s'imposer ? Y'a encore un réel problème à ce niveau, mais qui ne dépend aucunement de l'orga en elle-même, mais bien de tout un système… Il est important ainsi de rappeler que le Fluff Fest n'est pas un eldorado de safeness, mais qu'il ne vaut pas un boycott pour autant, parce qu'il faut être réaliste : on s'y sent tout de même beaucoup, BEAUCOUP mieux que dans son quotidien, son taff, ou voire même que chez-soi selon les situations, quand on est autre chose qu'une personne cis-, et à priori quand on est une femme (je me base sur l'expérience de mes copines). C'est juste qu'il ne faut pas se faire d'illusions : la société parfaite n’existe toujours pas, encore moins dans nos sphères de confort…

●  L'hygiène est une hygiène de festival, soyons clair·e·s, on peut clairement pas lui demander d'être 5 étoiles, mais il me semble qu'on peut demander quelques efforts de logistique raisonnables : déjà, il n'y a vraiment pas assez de douches : 4 cabines pour tout le fest ?? D'accord, c'est vrai qu'il y a la piscine à 5/10mn à pied qui offre des douches… Mais tout le monde n'a pas envie de dépenser un passe pour aller à la piscine pour s’y doucher, il serait juste d’y penser. Et forcément, il y a vite beaucoup de queue, on peut parfois attendre 15mn pour son tour de douche, et l'eau chaude est très vite évaporée. Par contre, il faut saluer le fait que des prises soient toujours disponibles et fonctionnelles, j'ai encore pu utiliser mon sèche-cheveux et mon fer à lisser cette année ! Le lendemain du déluge qui a noyé le Fluff, il y a avait de l'eau chaude, au minimum tiède, toute la journée, et c'est assez incroyable ! Et ça faisait beaucoup, beaucoup de bien… Il faut tout de même signaler que ce festival est globalement propre, que les déchets abandonnés se font beaucoup moins présents que sur la majorité des fests de musique, que les festivalier-e-s, en majorité, prévoient des poubelles, font le tri, emportent parfois même des déchets avec elleux… On est dans l'ensemble OK sur le terrain environnemental. Corrigez-moi si je me trompe, car je n’ai jamais vu cet aéroport après le départ de tou·te·s les festivalier·e·s…

●  Ah, ces fameuses Toi-Toi : les toilettes sèches WCs utilisables de manière relativement agréable seulement le matin, sinon c’est vite insupportable niveau odeur et propreté ! La chaleur n'aidant absolument pas, by the way. Allez, petit tip : foncez-y à votre réveil, le soleil nous réveillant automatiquement vers 8 ou 9h du mat sauf si vous avez pris une sacrée murge la veille (et encore !), les toilettes sont changées ou nettoyées à ce moment, et il y a des rouleaux de papier neufs. J’ai beaucoup mieux géré mes instants petit-coin cette année avec cette astuce haha ! En vrai je pense que l'orga et les gens qui bossent pour amener et entretenir ces toilettes font de leur mieux, et que le problème vient surtout de certain·e·s festivalier·e·s qui n’en ont rien à faire des autres et qui font un peu n’importe quoi aux WCs, probablement dans un état second…

●  IMPORTANT : c'est toujours chiant voire impossible d'aller aux WC et surtout aux douches, en tant que personne handicapée, au Fluff (ce n'est pas mon cas, mais je sais ô combien c'est compliqué pour elleux). Comment une personne en fauteuil peut accéder aux douches via cet escalier instable ? Comment peuvent-elles avoir la place de se laver dans ces locaux très petits ? C'est vraiment pas juste et ça doit vraiment être corrigé à l’avenir : peut-être prévoir un local exprès pour ces personnes ?

Voilà, c'était mes 2 cents sur un festival qui me plaît toujours beaucoup, et où je reviendrais sûrement l’année prochaine… En espérant que ces quelques soucis que j'ai développé plus haut seront étudiés et corrigés. Mais en 2020 je veux absolument aller pour la première fois de ma vie au Cry Me A Rive, et ne pas louper non plus le Miss The Stars Fest… Mais en vrai, le CMAR revient à peu cher, si tu y vas avec des ami·e·s, un véhicule et du matos de camping. Alors en 2020, on dirait bien que je me ferais ces 3 fests ! Cette année sera bien placée sous le signe de la skramz life pour moi, et il semblerait que je vais encore devoir faire l'impasse sur bien des heures de sommeil… :D

Ah oui, et l'image ci-dessous, c'est un festival concurrent du Fluff, le Brutal Assault, pendant le set de GUTALAX cette année. Assurément un défi lancé au public du Fluff pour l'édition 2020, pour protéger tou·te·s à l'unisson les toilettes encore propres dans la journée, et les célébrer à leur juste valeur.





I almost surrendered, then making it clear that I was going to have to finish my vacation by undergoing the historic heat wave that burned Paris and its suburbs to nearly 43°C. A worked Monday afternoon, and hop, the timing was broken ... But actually there was a solution somewhat risky but playable: a plane early EEEARLY Monday morning in Prague (7 a.m...), for a landing in Paris at 9am, which allowed me a lot of time to leave all my stuff at home, to take a shower and go to work and being fucking TIRED and sad. An option that I chose without really hesitating. Even when you take a vacation from your work, he always strikes back to remind you how much he have control over your life and on these moments of escape.

This is the 3rd time I went to Fluff Fest. This time I was leaving from Strasbourg, with a friend I hadn't seen for too long, I missed them, we spent the night before we left watching Queer Eye while eating a mega-dose of pasta with lots of vegan treats in it; and drinking a sweet infusion, until like 2 or 3 a.m? And then I was going to discover during our long journey and at our camp some other adorable people who were going to animate our evenings with incredible anecdotes and globally bad (but not cringey) jokes but which make us laugh every time. The Strasbourg - Rokycany route was mainly based on hits of French popular music, remixes by DJ Chelou and Khaled Freak, as well as with the first album of BELGRADO (one of the best post-punk bands in the world, whether you want it or not). It has become my July ritual, these holidays away from this oppressive routine in this Czech province, which plunges me into what I love musically and humanly. Seeing lots of bands that I love, discovering others bands just as cool, gorge on these incredible seitan gyros, which are sometimes becoming tacos after a certain late hour, spending hours cruising and hanging out with lots of familiar people and friends, sharing moments of rare conviviality, in this aerodrome one hour away from Prague.

The Fluff Fest celebrated its 20th anniversary, and promised for the occasion to be bigger than ever: 5 days of concerts, a much larger place given to politics... We could therefore expect the ultimate Fluff! Well, in the end, not that much: There was the usual Friday, Saturday and Sunday in Rokycany, but the other two days were a pre and post-Fluff ... Probably imagined as being on the road back for the majority of festival-goers? Not a bad idea, but that post-Fluff was announced with BIRDS IN ROW on the line-up, in a room with a capacity obviously MUCH smaller than that of the aerodrome (but not super tiny), in an abandoned building in Prague. The disappointment was great and understandable: I think everyone expected to close the festival with them, or to burn in the sun screaming in front of them. I remember their show at the Fluff 2017 in mainstage, it was sooo great. Everyone was transported by their music that makes the effect of an explosion, sudden sing-alongs instantly came out of everyone's deepest parts of their heart, and everyone were stage-diving on repeat (thanks again for the s/o with "A Kid Called Dreamer" by the way ♡). There's not a single video from this set apart from Instragram recordings! So, quite logically, we could expect to live this again to celebrate as it should be the 20 years of a fest which, for the occasion, offered an already stunning: line-up the penultimate date of SPORT, the penultimate European gig of GRAF ORLOCK, an exclusive european CEREMONY set, the STATE FAULTS / SHIROKUMA tour, the CHAVIRE / HEAVY HEART crew , the beautiful Italian screamo of ØJNE, the straight-edge attacks of TØRSÖ, WAKE OF HUMANITY and xBYSTANDERx... And jspeaking of SxE, there wasn't that much on the bill this year. Yet there were a lot of X-watches and t-shirts with SxE symbols/bands among festival-goers. Fortunately, say the purists of the fest and SxE Fluffers ;)

In addition to that, it was expected that a big place would be given to politics this year? Conferences on a bigger stage? Collectives who would speak, organize stuff, speeches by people affected by systemic oppressions?? Well nope, we were always on the same format, the Infotent, without anyone being really informed of what was going on otherwise than with a paper at the entrance of the tent. In the end, the only visible difference in terms of politics in the walls of the fest this year was the big LGBTQIA+ flags hoisted at the reception and on the mainstage... A posture certainly pleasant, and anyway obvious to see there, but in this case, why didn't then give more visibility to the conferences given to the infotent about LGBTQIA+ struggles, for example? It's a shame, it would have been consistent with the supposed approach of the fest, his birthday, and with the current atmosphere of our soceties...

So here we are, with a Fluff not so "deluxe" for his 20 years, the only thing that really changed in the end being the layout of the scenes. Yep, Fluff team allowed themselves a small fantasy rather curious at first glance: the tentstage has grown, the mainstage has thinned, so that the two scenes have become almost equivalent, the mainstage is in the other direction that usually and the new tentstage takes the place of the merch stand, which now separates the two scenes. With the All Go No Slow stage (which will also acted as the third scene on Sunday) located behind the two scenes. A configuration that could possibly lead to fear a somewhat chaotic sound, if sets of each scene overlapped, but in the end the genies of the Fluff sound did the job, and no concert seemed to encroach on the other, at least from what I heard... except those of the infotent. No change on the other hand for the Psych Tent, true to his position and his area! And personally, I liked the fact that the 2 main scenes are similar, and that we've got really more space around the tentstage.

No changes as well for the camping and parking: always too few showers (4 cabins for EVERYONE!), With two plugs and heating (when it works...) but THAT'S still a great point, too often the hot water was out of service, and then yeah; we know well these famous "Toi-Toi", these dry toilets that require courage to be used during the afternoon or evening... It may be a little capricious, even if I am convinced that no, but when we offer these basic services, it's a-priori not to make illusion... Always this maintenance effort to make! That said, the showers were warm (or at least a bit lukewarm) the whole day after the huge storm that swamped the party, and that's cool. I will come back to it later.

After the grumpy time (which will also come back later), we'll talk about the cool stuff, which mainly consist of food and line-up haha! Although, it's subjective. But it seems to me that we are finally going to Fluff for several common reasons: spend a few days away from everything, in a festive setting, a celebration of our scenes, our fights (in theory), with 100% vegan (great) food, without any complex, without any fear of being ourselves. We still go there because we know we're going to laugh, take musical slaps, to lay in the pool for an entire morning on our finest buoy or just make his best dives, to have a hard time setting our tents or to find clean toilets but doing it anyway... Have a good time out of our social, professional and digital jails (although the screens are always present at Fluff, and I am far from being an exception). This year, the line-up was still pretty varied. Not much crust, a little of straight-edge hardcore, but a good panel of what's going on in post-punk, sludge, emo, screamo, post-metal, or other usual weird stuff you always find at Psych tent.  For me, It was a year rich in discoveries, and rich in sing-along. The festival assured himself to be super crowded just with the presence of CEREMONY and SPORT, who each delivered a nice gig, the Lyon guys with a constant smile and strong emotions visible on their faces, and the Americans determined to drown everyone in the mud beaten by the moshers and other stage-divers during TØRSÖ gig.

It's always quite complicated to hop from one concert to another, especially when you want to see most of them and that it's spread over an entire afternoon and during a very hot day like this Friday. It was during the peak of an historic heatwave that hitted whole Europe... The Fluff Fest happens mostly outdoors, so when the sun is fully shining, it's ruthless. During the GRAF ORLOCK set, I felt myself almost fainting, and I didn't fully enjoy it... And that's a bummer, because it was so cool. I had a lot of rediscoveries and surprises this year, as with this duo who played something between scottish-style emo / post-hardcore à-la CARSON WELLS, or similar to SELF DEFENSE FAMILY, and maybe a bit of SONIC YOUTH. It was called BUMBRLE, they played at 1a.m on Sunday at Psych Tent, the singer / guitarist plays in many other bands including a screamo one called LA PROSPERITE, and it was great. It was really reminiscent of blues, with a huge reverb on it, they were heard until our camp which brought together a Strasbourg / Tours / Chaville axis, and little by little, their music aroused my curiosity, then I had a crush (who can be heard here) ... Well, at this year's Psych Tent, I would have also discovered EDUCATION, a raw, psychedelic and aggressive Italian post-punk / hardcore, who reminded me of IMPULSO whom I saw at the end of last year's Fluff and blew me away, and LAVRA, a curious and intriguing Czech duobetween electropop, noise and indus ... I think I'm a little bad to describe their music properly, there was even a bit of destructured trap I think, but I liked how their music was decomposing and sinking sometimes in noise and shoegaze, hypnotizing us, taking on chaotic airs, when by far you could hear catchy and almost cheesy verses, like BANKS you know. But yeah, nice discovery, it took me out of my comfort zone, I wanted it this year. A little before the set of LAVRA I also discovered URN, a solo project mixing drone, jazz, ambient, electro and post-rock. Surprisingly captivating, sometimes a little too messy for me, but a nice discovery in the end... Perfectly the kind of stuff that the asso "En Veux-Tu En V'là" could book in Paris, if it hasn't already been done :D !

As I expected, I was able to attend wonderful gigs, which illustrated my main motivations to go to the Fluff, I'm thinking about the ØJNE gig for example, which ended in jubilation, explosion of joy and various emotions, a rare moment of sharing and life. Really, it wasn't just a cool gig of a cool band, it was a huge cathartic moment, where the ØJNE people barely realized what was happening in front of their shining eyes: a crowd literally abandoned to their music, who came from the four corners of Europe, singing words from a language that they don't know at all for some of them, according to the band... It was really beautiful. There had been the same emulation for the SPORT concert, it was 2 times more intense than during their set in Paris that had already shooked me. But that was predictable, that penultimate one was eagerly awaited since the announcement of the Fluff 2019 line-up, and everyone had time to get ready... Well as parisian people for the Paris date too! But, inevitably, there were way more people, so more party! There was also this incredible ASTRID LINDGREN set, this Polish band which is somewhere between melodic hardcore and emo, LIFETIME meets DEATH IS NOT GLAMOROUS, that I really didn't wanted to miss, which was held under an impressive deluge, which did not stop irreducible Fluffers, fans of the ban, and myself to see their set rich in sing-along and in falls in the freshly flooded mud... You have to know that we had that day one of the strongest storms that happened that day in Czech Republic and that it lasted an hour! Which made the TØRSÖ and CEREMONY sets very risky to follow for the public, as the ground was muddy and turned and so it would necessarily be a complete mess... For TØRSÖ, I wanted to see them again and to forget their Parisian chaotic show because of those few macho guys who ruined the atmosphere, and to actually enjoy seeing them. Well, it was even more chaotic hahaha! But for more climatic reasons than anything else, so it was OK. But it wouldn't be cool to prevent people from doing stage-dives: a windbreaker over your clothes, a cap and here we go, you were protected you and your favorite clothes against the mud attack! Personally I found it funny, it was a bit boring to get dirty, but with that windbreaker on me, and that spot I found on a step on the left side of the scene, I actually had almost zero mud on me!

I came back from the Fluff after the set of THE BODY, Sunday night, too brutally. I didn't say "goodbye" to many people, I couldn't have time: local friends who offered to bring me back to Prague airport in order to not to miss my plane the next morning, had to began work sooner than me. Even sooner than the takeoff of my plane: 7 a.m... So I couldn't make them take the road at midnight and stole them some sleep, we left at 11 p.m, we went to the airport... The next day at 9am, I was already in the "RER" (the name of the french train lines of parisian suburbs). A way too sudden change of atmosphere. It took a lot of time to think that yeah, it was over, that usual life was back...

During the Fluff, a mysterious Instagram account appeared, claiming that a secret concert of HAVE HEART was planned, raising completely stupid clues, like a branch of a tree or a random cops helicopter supposed to assure them a spectacular arrival. The gag was more or less based on the presence of HEAVY HEART on the line-up (the similarity between the 2 names, you know), and while the reunion of the iconic straight-edge melodic hardcore and his concert given in front of literally 10,000 people in Worcester, Massachusetts, gave goosebumps to every european hardcore kid. Even today, people are looking for who is behind this account ... I announce you that during the huge downpour, and after our conversation has strategically drifted towards football to direct my research after a first clue appeared on the account story, I quickly found out who it was, and I inform you that this fool is in the east of France and has already played the Fluff ;)

This was my 3rd Fluff, which was for me rich in various encounters and reunions, which still serves as a powerful annual catharsis for several hundred people from various counter-currents of punk and hardcore throughout Europe or even other continents, but which has opened my eyes a little more to the bad points of the fest:

● A lack of vigilance outside the entrance / ticketing: basically, anyone can enter the campsite and do whatever they want, starting with stealing stuff, a fact that happened every year to my knowledge since the first time I went there, in 2017. It would also prevent dangerous people from infiltrating the fest with false weapons or not: this year, a person with a fake gun but a real knife was spotted, then apprehended two hours after his arrival on the area... By the police. The Fluff staff has been forced to knowingly go against its political motivations and to bring the cops into a place where there's no way to welcome them in normal times (we already know how they love to patrol around the fest and spy on what's happening there). If the organization was more consistent with its own policy and had in mind that among the anti-fascist activists, there's people trained in various techniques of defense and counter-attack, people who are part of various collectives, they would already suggested to some of these people, often present at the fest, or to a local or European anti-fascist collective, to hold a guard during the fest, there would surely be much less problems of the kind. Maybe also less problems of machism, sexism...

● Because yes, as in ANY festival, concert, gathering related to punk music in our current time, no matter its political scope (well, in a lesser scale when it's clearly on the left side of politics, but still) there's at Fluff what we can found every time around us : sexism and toxic virility, which has been confirmed again this year. I saw during the NIBOOWIN gig a woman to be violently insulted and jostled by two really rude guys. There are too many guys, on stage as in the showers who still impose their body as if they were at home for no reason? There is still a real problem at this level, but that doesn't depend on the organization in itself, but on a whole system.. It's important to remember that Fluff Fest is not a safeness Eldorado but it's not worth a boycott at all, because hey, let(s be realistic: you still feel much MUCH better than on your daily life, your job, or even than home according to your life situation, when you're someone else than a cis-person, and a priori when you're a woman (I am based on the experience of some friends). It's just that we must not delude ourselves: the perfect society still doesn't exist, even less in our spheres of comfort ...

● Hygiene is a "festival hygiene" one, let's be clear, we can clearly not ask it to be "5 stars", but it seems to me that we can ask some reasonable logistical efforts: there's REALLY not enough showers: 4 cabins for the whole fest?? OK, it's true that there's the pool 5 / 10mn away by walk that offers showers... But not everyone want to / can buy a week-end pass to go to the pool just to have a shower, it would be nice to think about it. And inevitably, there is a lot of wait, sometimes up to 15 minutes for our turn, and the hot water is quickly gone. On the other hand, it's to be welcomed that there's 220V plugs are always available and functional, I was able to use my hair dryer and my hair straightener this year again! The day after the HUGE thunderstorm that literally drowned the Fluff area, there was hot water all day, and that was super recomforting... It should be also noted that this festival is overall clean, that abandoned waste is much less present than the majority of music fests, that the majorty of Fluffers are setting garbage cans, do sorting, sometimes even take waste with them on their way back home... We are pretty OK with the ecological issues. Correct me if I'm wrong, because I have never seen this airport after the departure of all festival-goers ...


Ah, these famous Toi-Toi! These dry toilets usable in a relatively pleasant way only early in the morning, otherwise it's quickly smelly and dirty... The heat doesn't help, by the way. Here's a little tip to save your intestinal transit during the fest: go to the WCs when you wake up, the sun automatically waking us around 8 or 9am, except if you get mad drunk the night before, The toilets are changed or cleaned at this time, with new paper rolls. I handled my "WC moments" better this year with this trick lol! To be honest, I think that the Fluff staff and the people who work to bring and maintain these toilets do their best, and that the problem mainly comes from certain festival-goers who don't give a fuck about the others and are leaving toilets in various scales of mess and dirtiness, while being drunk or something.

● IMPORTANT: it's always painful or impossible to go to the toilets and especially to the showers if you are a disabled person (it's not my case, but I know how complicated it is for them). How a wheelchair user can access the showers via this unstable stair? How can they have room to wash in these very small showers? It's really not fair and it really has to be corrected in the future: maybe by providing a specific room for these people?

It was my 2 cents on a festival that I still like a lot, and where I will come back for sure next year... Hoping that these few concerns that I developed above will be studied and corrected. But in 2020 I absolutely want to go (for the first time in my life!) to "Cry Me A River Fest", and do not miss the "Miss The Stars Fest"... But in truth, CMAR is pretty cheap to do, if you go there with friends, a vehicle and some camping gear. So in 2020, it looks like I will go to these 3 fests! This year will be well placed under the skramz life sign for me, and it seems that I will still have to ignore many hours of sleep :D ...

Oh yes, and the image above this english translation is from a challenger of Fluff Fest, the Brutal Assault, during the GUTALAX set this year. Certainly a challenge to the Fluff audience for the 2020 edition, to protect the clean toilets all day long and to celebrate them at their true value. All hail Toi-Toi.

dimanche 2 juin 2019

☆ Miss The Stars Fest 2019 : report de mon voyage annuel vers les étoiles ☆



"This is it, this is it.
The friendships dies here, in this place."
- The Khayembii Communiqué.


Nos amitiés ne mourront jamais sous ces étoiles. Ce lieu, c'est comme revenir à la source d'un monde un peu idéal. Ces mots qui résonneront avec beaucoup de force et d'émotions à la fin de l'édition 2019 du festival grâce à ses auteurs, ils s'avèrent ainsi faux, en ces lieux. Mais dans nos vies ordinaires, là où tout est fait pour nous individualiser pour le jeu de la concurrence, du rendement et de la performance,, nous séparer, détisser nos liens, évidemment ces paroles sonnent juste, et aident paradoxalement à solidifier ce lien qui nous permet de ne pas céder au chaos, à la pression. Ces oppressions, cet ennui, ces peurs, ces pertes, que nous partageons tou-te-s d'une manière où d'une autre, n'existent plus l'espace de 2 jours, dans ce petit lieu intime mais qui nous paraît tellement grand, auquel on s'est habitué-e-s, pour beaucoup.

C'est devenu un rendez-vous annuel. C'est devenu un rituel pour certain-e-s, qui fait toujours du bien, et à chaque fois que je m'y rends, j'ai juste le sentiment de rentrer à la maison. Dans les faits, j'habite toujours en banlieue parisienne, mais depuis l'été 2018 j'ai déménagé plus près encore de Paris, à Chaville, une banlieue du 92 beaucoup plus bourgeoise que Trappes. Je m'y sens pas vraiment chez moi, j'ai l'impression que c'est plus un endroit de passage, de repos, mais je m'y ressource pas. J'en ai même peur parfois. Je me sens plus à la maison chez Maman même si j'y suis moins souvent et que ça me manque, chez la personne avec qui je sors actuellement qui habite à Amiens, et puis à Berlin... J'aime cet endroit, qu'on est beaucoup à idéaliser je pense, car il s'agit d'un pays sous l'égide du néo-libéralisme comme n'importe quelle autre grande puissance de l'Union Européenne. Mais il est clair qu'il est beaucoup plus facile de s'y assumer en tant qu'emopunk queer, d'y vivre en tant que personne végane et straight-edge, qu'à Paris... 

Cette année s'y tenait pour la 6ème fois consécutive le (We Built The World And) Miss The Stars Fest, à Zukunft Am Ostkreuz, toujours cet endroit si agréable, si intimiste. Le line-up ne comportait pas de si gros noms que les années précédentes, c'était beaucoup de découvertes et de groupes connus et attendus par un microcosme plus restreint... Mais il y avait quand même 2 noms assez exceptionnels : les allemands de REPUBLIC OF DREAMS, qui joue extrêmement peu (je ne savais même pas que le groupe existait encore ?),et le premier concert en 19 ans de THE KHAYEMBII COMMUNIQUE, dont le fest accueille le guitariste chaque année, car il joue dans VI SOM ALSKADE VARANDRA SA MYCKET, le grand classico du fest... Encore présent cette année !

Le fest, sans surprise, est resté fidèle à ses convictions politiques, et c'est rassurant. C'est cool de se dire que pendant 2 jours, on peut faire la fête dans un endroit safe.... Peut-être même plus safe qu'au Fluff. Toujours l'attention portée à la gender-neutrality des W.C, un petit écrito "no shirt? No show!" dans la petite salle (qui a suscité du débat encore une fois !)... Toute la bouffe était vegan, et était encore fabuleuse... LES TACOS DE CHEZ LOS NOPALES, AHLALA ! Je me rappelle aussi de ces burritos au seitan qui étaient excellents servis par je ne sais plus quel foodtruck, et d'un Oreo-cheesecake assez fabuleux, mais pas des personnes qui l'avaient préparé là aussi, elles étaient sur la droite en arrivant dans le jardin... Rien que pour tout ça, ce fest vaut le détour. Il y avait aussi une table qui proposait plein de zines, beaucoup écrits en allemand, qui traitaient de féminisme, de véganisme, de politique radicale... J'aurais aimé choper un peu de lecture, mais malheureusement je ne comprends pas l'allemand :(. Tout a encore une fois été fait pour garantir l'inclusivité de chacun-e. Et j'ai l'impression que ça ne fera qu'aller en s'améliorant.

Il y a toujours quelque chose qu'on pourra reprocher à ce festival : ce sentiment de se retrouver entre nous, plus que dans un fest. C'est encore souvent des habitué-e-s de la screamosphère qui étaient présent-e-s, qui ont réussi à gagner la course aux tickets qui se font rafler en quelques secondes. Beaucoup réclament que le fest se déroule dans un lieu plus grand, mais le MTS crew veut rester à Zukunft Am Ostkreuz. Mais qui s'en plaindra vraiment ? Peut-on vraiment voir ce fest dans un autre lieu ? Personnellement, je ne pense pas. Mais c'est vrai que cela dessert les volontés de diversités par rapport à l'audience du fest, alors que celle du line-up était meilleure cette année : des femmes, des personnes racisées, LGBTQIA+...

Ces journées sont passées super vite, peut-être même un peu plus que l'année dernière... Il faut dire que lorsque que l'on tient à voir beaucoup de groupes, il y a peu de temps pour une pause, et tout s'enchaîne directement, et il faut créer des stratégies pour louper le moins possible de chaque groupe et ne pas se retrouver derrière une foule compacte. J'avais trouvé la bonne : partir sur le dernier morceau du groupe qui jouait pour rejoindre l'autre salle et ne rien louper de l'autre. Ça a bien marché ! Le premier jour, j'ai malheureusement loupé MALISA BAHAT, que j'attendais avec impatience. J'aime beaucoup leur musique, et j'avais adoré les voir au Fluff 2018. Mais c'est pas grave, je sais que je les reverrais, j'ai pris le temps de m'imprégner des lieux et parler avec les personnes que je croisais, les voir ailleurs que sur Internet fait quand même beaucoup de bien. C'est ça qui est est cool aussi avec ce fest, on s'y sent vite à l'aise et c'est plutôt facile de communiquer avec les gens, dans cet entre nous qui fatalement nous rapproche. Puis avec mes ami-e-s, on avait traîné, on est allé-e-s se choper des glaces chez Delabuu, assez exceptionnelles ces glaces ! Et on est allé-e-s aussi chez Vinyl A Go-Go où j'ai trouvé le split DANIEL SHAYS / STRUCTURE !! Le premier des groupes présents sur ce disque étant un groupe à la carrière très éphémère mais terriblement sous-estimé parmi les groupes d'emo/post-hardcore early 90's...

Du coup, le premier groupe que j'ai vu était NIGHT SWIMMING, sur la small stage, et ces personnes ont menti sur leur CV : C'est plus emo que shoegaze haha ! Mais le mélange entre les deux univers me parle beaucoup en général, c'était un chouette set, ça sonnait un peu comme un mélange entre MINERAL, PIANOS BECOME THE TEETH et TITLE FIGHT... Je préfère les voir en live que en studio je crois ! Ashwin (chant), vêtu-e de la plus belle salopette du fest, s'est complètement abandonné-e à son art, se roulant par terre et criant à s'en couper le souffle. Je crois que ça a enchaîné sur RUTKA LASKIER, sur la mainstage. C'était encore une fois une bonne raclée, j'adore les voir en live. Je les avais vus au Fluff Fest deux fois, et j'ai encore impressionné-e par leur post-hardcore qui se développe dans tout les sens, plein de tension, compact et explosif à la fois. Au Miss The Stars Fest VI, j'y aurais carrément découvert LEIAH, ce groupe suédois d'emo 90's que j'avais pas vraiment pris la peine d'écouter avant, qui se reformait après une quinzaine d'années je crois. Ça sonnait hyper bien, j'étais persuadé-e que ça allait plaire à ma pote Laeti qui faisait ce fest également, et j'avais raison. Grosses vibes TEXAS IS THE REASON, THE PROMISE RING, SUNNY DAY REAL ESTATE... Ils jouaient maculés de blanc, j'avais pas trop compris la démarche, mais ça dénotait avec le reste du festival assurément haha ! J'étais très content-e de voir LENTIC WATERS jouer uniquement des morceaux hardcore : ils ont sorti un nouvel album, Bird, mais je ne suis pas fan de leur changement de style... Même si j'aurais été curieux-se de découvrir ces morceaux en concert, je les aurais peut-être re-découverts.. C'était intense, le chanteur était en transe, se mouvait dans tout les sens, vivait profondément sa musique. Je me souviens pas les avoir vu aussi pris par leur musique, la dernière fois que je les ai vus à ce fest... RYLOTH ont été un de mes favoris de cette année : j'aime particulièrement leur mélange entre screamo et black metal, sans aucun cliché apparent du BM, et c'est tant mieux. Un ami parisien va sortir leur première release bientôt, j'ai vraiment hâte. Je ne connaissais que le morceau posté sur bandcamp, les titres joués pendant leur set m'ont beaucoup plu... Evidemment, je n'ai pas loupé VI SOM ALSKADE VARANDRA SA MYCKET, le grand classique du fest, et j'ai bien fait : ils ont joué de nouveaux morceaux, qui seront présents sur leur prochain album ! Toujours aussi empreints de post-rock épique et de gros feels livrés par kilotonnes avec cette voix si puissante.... Il y a eu aussi les sets surpuissants de SOUL GLO et LORD SNOW, très intenses et avec pas mal d'humour, mais bizarrement j'ai eu du mal à rentrer dans leurs sets, ça me paraissait trop rentre-dedans pour moi au moment précis où ça jouait, j'étais pas trop dans le mood. J'avais super hâte de voir LORD SNOW, mais j'aurais peut-être préféré les voir plus tôt dans la journée en vrai. Et pourtant, la chanteuse et le guitariste m'ont laissé-e pantois-e, leur skill est hallucinant... Je sais pas, j'étais à moitié entre "yooo c'est trop ouf !" et "purée ça va trop vite, laissez-moi tranquille !". C'était bizarre comme impression ! SOUL GLO, bah musicalement ça me parle pas tant que ça, mais j'admire leur force de conviction, cette alchimie entre fun et militantisme, et c'est important d'entendre la parole de personnes violemment oppressées par le simple fait de leur couleur de peau, de plus en plus ciblées et agressées en Amérique depuis que Trump est au pouvoir. C'était plein de rage, c'était énervé, et c'est tout ce que j'attendais d'eux.










Le 2ème jour était encore plus marathonien... On change pas les (bonnes) habitudes ! J'ai aussi l'impression que l'affiche du jour était plus variée, plus metal et plus radicale... J'y ai retrouvé les racines musicales d'Alex, bien plus proche du d-beat que du screamo ! Ça commençait une heure plus tôt, et c'est FLUORIDE qui ouvrait cette seconde journée, ni plus ni moins que l'une de mes plus grosses attentes du fest cette année... Iels sonnent vraiment comme CODE ORANGE KIDS ou FULL OF HELL quelques années avant que ces 2 groupes ne deviennent gros dans leur domaine et changent leur formule. C'est quelque part entre du faux grindcore, du hardcore à la limite du powerviolence et de la harsh noise. Et j'ai pas été déçu-e ! Ça jouait aussi fort et gras que sur disque... Quel pied ! Les absent-e-s ont eu tort ;).

Juste après, j'allais voir les adorables CLOSER. du screamo / post-hardcore très mélodique et joué avec beaucoup de passion par les personnes qui composent ce groupe. Ryann (batterie) m'a ramené-e un tee-shirt SHIN GUARD des Etats-Unis, ça m'a beaucoup touché-e :') ! J'ai adoré les voir, c'était très chouette. Ryann nous montrait avec enthousiasme son tatouage récent à l'effigie de TIGERS JAW, nous racontait le contexte d'un morceau en fondant en larmes... Un vrai moment de spontanéité et de bonheur. À partir de là, l'enchaînement infernal commençait déjà : je sais plus trop pourquoi mais alors que je comptais pas m'y rendre, j'ai vu quasi-tout le set de MIGAL, c'était du screamo berlinois relativement classique et bien fait, ils avaient beaucoup de chose à dire entre les morceaux mais parlaient en allemand alors pareil, j'ai rien compris hihi. J'aurais découvert DEUTSCHE LAICHEN, du punk hardcore / riot grrrl lorgnant vers le crust par moments, c'était politisé mais la personne au chant parlait allemand aussi alors je comprenais toujours rien :(. AMITIÉ était l'une de mes autres attentes du fest : c'est la mutation de TALL SHIPS SET SAIL, en plus screamo. C'était suuuper bien, grosse intensité, le double chant qui marche bien avec l'énergie des morceaux, de bonnes mélodies. Ça a fini plus tôt que prévu, alors j'ai eu le temps de me prendre ces fameux burritos et d'y croiser les copines de TO LANGUISH, avant qu'on aille se prendre une bonne claque devant WEAK TIES. Quelle énergie ! C'est quelque part entre fastcore et powerviolence, Ça m'a rappelé des trucs genre STRAFPLANET ou SVFFER, je connaissais pas vraiment, ça me donnait envie d'aller dans le pit haha ! Et ça donnait également bien le ton de ce qui allait arriver pour le reste de la soirée... J'ai enchaîné avec AUREOLE OF ASH, le groupe de grindcore de Sabine et Lars de React With Protest Records. Autant dire que là non plus, ça rigolait zéro. Un rouleau-compresseur virulent, un autre groupe de grind comme je l'aime. Des rétroprojections dévoilaient explicitement la politique du groupe : anarchisme, véganisme, antifascisme... En noir et blanc, parfois avec des lights rouges, pour aller au mieux avec l'atmosphère des morceaux du groupe. Bah tu vois, c'était encore plus violent que LORD SNOW, et pourtant c'est passé tout seul ! Peut-être parce qu'iels ont su captiver l'audience et nous envelopper subtilement dans l'ambiance de leur musique via les lumières et les images avant que le set ne commence ? Je sais pas... Juste après, c'est FINISTERRE qui allait jouer sur la grande scène, et on allait pas vraiment être dépaysé-e-s. C'est beaucoup plus influencé par le crust, mais ça reste radical et écrasant. Et comme au Fluff, des confettis ont été tirés à la fin de leur set ! Ça évoque un peu l'ambiance générale du fest, en vrai : du gros son et beaucoup de noir oui, mais avec la bonne humeur ! Mais bon, enchaîner autant de masse sonore, de puissance, de violence et de catharsis, bah c'est quand même assez éprouvant, et pas évident à suivre au final sur plusieures heures.

Heureusement, le MTS crew avait tout prévu : NATALIE EVANS jouait à la small stage juste après FINISTERRE, et ce fût tout simplement l'un de mes concerts préférés de cette année, absolument, zero contest. Je l'ai découverte via son magnifique groupe d'emo 90's, YOU COULD BE A COP. Avec son projet solo, elle nous transporte dans un univers indie folk saupoudré de math-rock, toujours en acoustique. C'est seule et avec une guitare que leur a prêté CRYWANK, qui jouait également au fest mais que je n'ai pas vu, qu'elle a joué devant une foule d'emokids qu'elle a réussi à captiver, imposant un silence impressionnant, presque reposant. Tout le monde était envoûté par sa musique, la douceur absolue qui émane de sa voix et de ses compositions. Elle nous racontait son petit périple allemand, ce qu'elle comptait faire de son lendemain... Un chouette instant de répit, avant de refaire face à d'intenses assauts sonores. REGARDING AMBIGUITY lui succédait, et avaient la lourde tâche de remplacer au pied levé LYTIC, l'actuel groupe de Jamie SAETIA / OFF MINOR. qui a été forcé d'annuler sa venue à cause d'un litige dû à la compagnie aérienne qui s'occupait de leur vol entre les USA et Berlin... J'ai l'impression qu'il y a ait une certaine hype autour d'eux, lorsque ils ont été annoncés sur l'event, il y avait beaucoup d'enthousiasme dans les commentaires, beaucoup de likes... Personnellement, je ne les connaissais pas ! C'est donc avec beaucoup de curiosité, une certaine excitation et une grosse attente, après avoir pris une pause dehors, que je me suis allé-e les découvrir en live, et effectivement, je comprends la hype : ça sonne hyper carré et efficace, on dirait du TOUCHE AMORE en plus incisif encore, avec du blast beat de temps en temps (ça ressemble à du DEAFHEAVEN, notamment la partie blastée de leur morceau "Arrows"). C'est vachement bien et je suis content-e de ma découverte ! Une parfaite mise en bouche pour le groupe suivant, MARAIS, qui pour moi restera LE skramz time du festival. Ce groupe est super sous-estimé, et j'étais ravi-e de les voir enfin ! Mine de rien, leur dernière release (un split avec AUSZENSEITER) date d'il y a plus de 4 ans, et c'est toujours autant la claque. Autant au niveau que de la musique que de l'ambiance, leur set est clairement dans mon top 3. Et yo, c'est les seuls musiciens qui ont parlé français de tout le fest... Et sans trop qu'on sache pourquoi haha ! Du coup, eux qui cherchait à traduire des noms de titres en français, une dizaine de personnes leur faisait une traduction sur mesure. Et leur set était excellent, j'ai pris un gros plaisir à écouter leur screamo authentic comme on dirait dans le rap, le chanteur avait toujours une main derrière le dos, s'approchant souvent du public, complètement hanté par la musique, se mouvant au rythme de ses émotions et des saccades des compositions. J'en veux encore des concerts comme ça ! MORROW arrivait juste derrière, et c'était vachement plus monolithique. J'avais aussi bien hâte de les revoir, même si je savais que ça allait pas être aussi bien que la dernière fois où je les ai vu-e-s au Fluff Fest 2018, sous un orage ! Leur set était court mais très intense, le son était super propre, mettant bien en relief l'aspect très massif et écrasant de la musique du groupe. Malheureusement, Liam (violon) ne pouvait pas être présent sur la tournée des emocrusties, mais iels ont trouvé-e-s une violoncelliste à temps pour pouvoir assurer le poste pour cette tournée, et ainsi le fest ! Elle a appris tous les morceaux en très peu de temps, et les jouait à la perfection. Forcément, le set était un peu court, mais chaque groupe avait le même temps disponible : 30mn sharp, pas de privilèges, et c'est très cool ainsi. Ces 30 minutes allaient allègrement suffir au prochain groupe, REPUBLIC OF DREAMS, l'un des groupes cultes de l'emoviolence qu partage des membres avec LOUISE CYPHRE. Ils donnent rarement des concerts, alors il ne fallait pas manquer l'occasion ! Je me suis ainsi rendu-e compte que leur musique flirte pas mal avec le grindcore... Mais dans une interprétation super mélodique cependant : ça reste du screamo ;) et tel un grand disque du genre, tels leurs disques, tel ce qui compose la sève de leur musique, leur set filait tout droit; éphémère, incandescent et éblouissant telle une étoile filante. Les années n'ont en aucun cas consumé la flamme des emokids... Et c'est ce qu'allait nous prouver le dernier groupe, THE KHAYEMBII COMMUNIQUE. Ce sera peut-être la seule et unique fois que notre génération les (re)verra en live, même si avec la vague de reformations actuelles, j'en doute... Alors il ne fallait pas manquer cette occasion non plus. J'avais un peu peur du résultat, pour être honnête. Parfois les reunion shows sont sincères, sont touchants, sont des moments privilégiés. Parfois on sent que c'est moins animé et peut-être plus opportuniste et motivé par des besoins autres que musicaux. Ce second ressenti, je l'ai heureusement vécu rarement. Et ce fût loin d'être le cas pour ce groupe, qui le temps de quelques 7" ont marqué de leur passage la scène screamo. Ils ne semblaient eux-même pas vraiment croire qu'ils étaient là, des années après, ensemble, à jouer dans un petit festival DIY européen. Et pourtant... Quelques personnes qui connaissaient leurs paroles par coeur leur ont rendu ce geste de venir jouer devant elleux, en hurlant ces paroles, en faisant du stage-dive, et même en prenant pendant quelques secondes la place du chanteur, dans un élan de passion, pour l'une des personnes du public... Ils nous ont définitivement prouvé qu'en ces lieux où l'on aspire à un monde meilleur, les amitiés ne meurent pas sous les étoiles, que l'on peut construire un monde sans s'oublier, nous, les simples étoiles parmi tant d'autres.

Des souhaits pour l'édition 2020 ? Des groupes straight-edge, plus de styles différents, plus de café (j'en trouve jamais ! Ou alors je regarde pas bien les stands de bouffe...), plus de doggos, et toujours la même dose de positivité et d'amour !

Une pensée pour Aurane, Luna, Etienne, le MTS Crew, pour ces formidables moments. 













jeudi 25 avril 2019

GARDEN VARIETY


SALUT JE SUIS PAS MORT-E. Mais clairement j'ai laissé le blog de côté ces derniers temps. Beaucoup trop de trucs à gérer dans le coeur et la tête. Mais yo, me voilà de retour avec du LOURD. Bon, contexte de cette découverte : c'était lors d'une réunion avec les petit-e-s potes du label, Smart & Confused (envoyez-nous vos disques !). On discutait de tout et de rien, d'un escroc de la scène parisienne autour d'un excellent risotto (encore merci B. pour ma part vegan !), et v'là qu'en fond, joue un incroyable album. Parfaitement ce genre de post-hardcore chaleureux, aussi percutant que légèrement chaotique, comme je l'aime, avec plein des mélodies salvatrices à la HÜSKER DÜ, sous influence Dischord Records, RITES OF SPRING en premier. Je connaissais pas du tout mais j'avais peur d'avoir juste oublié ce groupe, en réalité. J'ai fini par demander, l'air un peu gêné-e, à la copine ce qu'était ce disque incroyable, et voici la réponse illustrée dans ce post.

J'ai vraiment raté quelque chose jusque là, car ce disque, Knocking The Skill Level, est absolument génial. Je pense qu'ils ont vraiment contribué à faire le pont entre les sommets de chaos et d'énergie que le post-hardcore prenait à leur période d'activité avec DRIVE LIKE JEHU, MOSS ICON ou SWING KIDS, et finalement les origines du style, pour au final offrir une fusion ultime, et un vrai cadeau pour nos oreilles. On pourrait les considérer comme une version plus vénère de SUNNY DAY REAL ESTATE période Diary je pense... Pendant un peu plus de 45 minutes, on est immergé-e dans un élan continu de tension et de riffs percutants, ciselés et accrocheurs, ne faisant que soutenir à la perfection le mood du disque, transcendé par le meilleur des mélodies emo avec une touche de noise rock pour agrémenter, pimenter, densifier le tout.




Evidemment influencé par HÜSKER DÜ, le groupe compte aussi parmi ses mentors musicaux un autre prototype du post-hardcore, SQUIRREL BAIT, et cela se ressent sur leur disque précédent, moins mémorable mais tout aussi cool (et qui n'est disponible en streaming que sur Spotify et en téléchargement sur quelques obscurs blogs, ou bien Soulseek). C'était plus primitif, plus simple au niveau de l'instrumentation, plus "punk rock" et moins dissonant. Mais c'est toujours incroyablement catchy. Et le riff d'intro de "Binder" ressemble énormément à celui de "Head Club" de TAKING BACK SUNDAY, qui se situe pourtant à des années-lumière de la musique de GARDEN VARIETY, c'est marrant. Bon, je pense vraiment pas que TAKING BACK SUNDAY s'est inspiré du groupe dont il est question aujourd'hui, mais c'est juste parce ça me permet de citer un des meilleurs titres du meilleur album de TBS, héhé.

Juste après avoir écouté Knocking The Skill Level via Youtube, plusieurs fois l'album The Killer Was In The Government Blankets de YAPHET KOTTO m'a été suggéré et joué automatiquement, et j'ai ainsi pu constater que le culte groupe de screamo semble finalement pas mal s'être inspiré de ce disque de GARDEN VARIETY. Et je pense que ce groupe a eu un rayonnement bien plus important encore, en tout cas sur les disques emo/screamo des 90's... Je pense à des groupes comme LIFE AT THESE SPEEDS ou BROCCOLI, à CHAVEZ (dont le guitariste a fini par former un groupe de rock alternatif avec l'infernal Billy Corgan, nommé ZWAN), qui sont apparus un peu en même temps que GARDEN VARIETY, et se situaient eux dans ce côté plus "grunge" et SONIC YOUTH-worship du post-HxC, ou à cette ribambelle de groupes dans lesquels jouait Sarah Kirsch, tels que TORCHES TO ROME, BAADER BRAINS, BREAD AND CIRCUITS ou encore JOHN HENRY WEST... qui semble avoir prolongé tel un héritage, leur sens inné de l'énergie. Bref, juste, écoutez ce disque, vous me remercierez plus tard.


Oh, avant de vous laisser, voici par ici une interview de Joe Gorelick, le batteur du groupe, qui décrit l'histoire de GARDEN VARIETY et ses influences. Il aura ensuite joué dans BLUE TIP, entre autres ! Un repress de Knocking The Skill Level est prévu pour cette année, et sera même dispo en Europe, avec du merch en prime... Et ça c'est une très chouette nouvelle !

_


HEY THERE I'M NOT FUCKING DEAD. I just let the blog asleep because I had a lot of personal things to deal with, but now it's almost done and hey, here we go again with an AWESOME band. Here's the context of the dscovery : It was during a label meeting with the friends (we are Smart & Confused, send us your records!). We discussed everything and nothing, about a scammer of the Parisian scene around an excellent risotto (thank you B. for my vegan part!), And an incredible album was palying on the background. Perfectly this kind of warm post-hardcore , as percussive as slightly chaotic, that I love so much, with full of life-saving melodies at the HÜSKER DÜ, under the influence of Dischord Records, RITES OF SPRING first. I didn't knew at all what was playing then, but I was afraid I just forgot about this band actually. I ended up asking, looking a little embarrassed, at one of the friends what was this fucking record, and here's the answer illustrated in this post.

I really missed something so far, because this record, Knocking The Skill Level, is absolutely insane. I think they really helped to make the bridge the chaos and energy peaks that post-hardcore took in their days with DRIVE LIKE JEHU, MOSS ICON or SWING KIDS, and finally the origins of style where it was about spreading pop influences in the violence and spontaneity of what was again a prototype of hardcore, to offer an ultimate fusion of both parts of the scene, and a real gift for our ears. I think we could consider them as an angrier version of Diary-era SUNNY DAY REAL ESTATE... For a little over 45 minutes, we are immersed in a continuous surge of tension and percussive riffs, chiseled and catchy, perfectly supporting the mood of the disc, transcended by the best emo melodies with a touch of noise rock to spice up and densify the whole.

Obviously influenced by HÜSKER DÜ, the band also counts among its musical mentors another predecessor of post-hardcore, SQUIRREL BAIT, and this is audible on their previous record, less memorable but just as cool (and only available on Spotify, on obcure blogspots and Soulseek). It was more primitive, simpler in terms of instrumentation, more "punk rock" and less dissonant. But fuck, this is so DAMN catchy. And the intro riff of "Binder" sounds a lot like "Head Club" from TAKING BACK SUNDAY, which is miles away from the music of GARDEN VARIETY... I highly doubt that TAKING BACK SUNDAY were influenced by the band we are talking about today (maybe I'm wrong, who knows!), but it's a great excuse to let you know about one the best songs of the best TBS album lol!

Just after listening to Knocking The Skill Level on Youtube, the album The Killer Was In The Government Blankets by YAPHET KOTTO was automatically suggested and played several times, and I think it's safe to say that the cult screamo bands seems to have been inspired in a way or another by this GARDEN VARIETY record, and I think this band had a much bigger influence that we can imagine, at least on the emo / screamo records of that era... I'm thinking of bands like LIFE AT THESE SPEEDS or BROCCOLI, also CHAVEZ (whose guitarist ended up forming an alternative rock band with the infernal Billy Corgan, named ZWAN) which appeared a bit at the same time as GARDEN VARIETY, which stood in this more "grunge" side, SONIC YOUTH-worship of post-HxC, and I'm also thinking about this bunch of bands in which Sarah Kirsch played, such as TORCHES TO ROME, BAADER BRAINS, BREAD AND CIRCUITS or JOHN HENRY WEST... which all seems to have preserved their innate sense of energy, passion and breathtaking melodies, as an heritage and a tribute. Anyway, just listen to that record, you'll love it, this isn't even debatable.

Oh, and here's an interview of the drummer, Joe Gorelick, about the story and influences of the band. He later played on BLUE TIP! From what I know, a vinyl repress of Knocking The Skill Level is planned for sometime this year... STOKED.