mardi 15 janvier 2019

CIRCLES



Aussi surprenant que cela puisse paraître, alors que les scènes emo, post-hardcore, youth crew... Sont arrivés relativement tôt en (F)rance, on a jamais eu de groupes qui sonnaient vraiment comme à D.C. Aucun groupe qui ressemble à EMBRACE, RITES OF SPRING ou DAG NASTY... C'est vraiment bizarre et dommage. Alors que je sais qu'ici, les hardcore kids aiment bien quand ça groove, y'avait de quoi faire chez DAG NASTY ou SWIZ  ! Ou alors j'ai loupé quelque chose... Bon, c'est vrai qu'à Paris on a les magnifiques ABJECT OBJECT qui rappelle un peu ce qui se faisait à cette époque, avec une vibe garage et post-punk en plus... Allez, peut-être IVICH avec La vie devant soi ? C'était pas mal inspiré par les groupes de D.C en vrai, il me semble...

Pour moi, c'est du gâchis : on aurait pu avoir une scène forte, riche en groupes mortels avec plein d'idées. Par extension, ça aurait même pu aider le milieu straight-edge à être meilleur en (F)rance, qui encore aujourd'hui est moribond, fafisant et pas hyper cohérent avec ses bases. Depuis peu, quelques collectifs comme la section française de l'Alternative International Movement tentent de redonner au edge toute son importance et sa cohérence politique dans le pays, en l'incluant de plus en plus fortement dans leurs luttes, leurs messages, en mettant en valeur les formations straight-edge du monde entier, l'intérêt et le message de ce mouvement, mais il aura fallu du temps avant que des mouvements politiques de gauche décident clairement de parler du straight-edge...

Pourtant, le edge en lui-même, il a beaucoup pré-occupé les hardcore kids locaux, mais on a surtout su l'interpréter via des groupes qui sonnaient comme du NYHC, du metalcore à la UNBROKEN, ou des hybrides façon TURNING POINT ou UNION OF URANUS... Mais encore une fois, rien qui sonne comme chez Dischord Records, du moins sans que ça ressemble à du FUGAZI ou du JAWBOX...  Et puis en 2017, on a eu ce petit miracle, que j'ai le plaisir de vous présenter : CIRCLES.




Il ne me semble pas qu'ils ont le edge dans le sang (si y'en a parmi eux qui le sont, faites xCOUCOUx ! Et edit: il y en a un, c'est Guillaume (chant) !), mais ils interprètent avec beaucoup de talent et de passion les idées de la scène "Revolution Summer". Ils viennent de Nantes, il y a dans le groupe un membre de ONE THOUSAND DIRECTIONS, le chanteur est celui de BRAINFREEZE (et tient aussi Can I Say Records), et leur batteur a joué dans SUGARTOWN CABARET, ZOMBIES ARE PISSED!, SPORT en intérim...

Et CIRCLES, c'est plein de potentiels "TÜBES" ! Ils ont sorti leur premier disque, une démo 7 titres, en 2017, et elle reprend pas mal de l'énergie du Can I Say de DAG NASTY, leur sens inné de la mélodie et du groove, en ajoutant un petit peu de RITES OF SPRING par-ci par-là, rien que dans le morceau d'ouverture, "Rats", sans jamais que cela ne gêne cet élan continu d'ondes positives qui se dégagent de leurs morceaux, dans la tradition du genre. Et dans une autre tradition, celles des démos hardcore, bah y'a ce genre d'aise, de spontanéité, qu'on ressent à travers leurs morceaux hyper efficaces. Ça vous plaira aussi pas mal si vous avez pas le knowledge "harD.Core" mais que vous aimez PRAISE.

Ça fait plaisir de voir que des personnes en (F)rance croient encore à cette scène au point d'un faire, plus ou moins, un tribute. Voilà pourquoi je tenais à vous en parler, indépendamment du fait que ça tue. J'espère que ça ne sera qu'un début, ce serait mortel qu'on ait une scène inspirée par le hardcore de D.C, et encore plus avec le background politique sous lequel il est né... En tout cas, j'ai hâte d'en entendre plus de la part des Nantais, et de les voir en live.

"LET'S PUSH THINGS FORWARD !"





-

As surprising as it seems, while emo, post-hardcore and youth crew scenes arrived relatively early inFrance, we never had any bands that really sounded like D.C bands. Nothing like EMBRACE, RITES OF SPRING or DAG NASTY... It's really weird and it's a bummer. While I know that here, the hardcore kids love when it grooves, and DAG NASTY or SWIZ were everything they needed! Or maybe I missed something, maybe I don't know some obscure band... Well, it's true that in Paris, we have the beautiful ABJECT OBJECT that reminds a little what was done at D.C, with a garage and post-punk vibe... Oh, and I guess IVICH were influenced as well during the composition of La vie devant soi?

For me, it's a shame: we could have had a strong scene, rich in awesome bands with lots of ideas. By extension, it could even have helped the straight-edge movement to be better in (F)rance, which is still moribund, and not very coherent with its bases : some french neo-fascists collectives are even trying to appropriate the SxE culture as a clean way of living, sometimes they try to relate as "the purity of real men and white race" and other bullshit. Some far-leftists collectives like the French section of the Alternative International Movement are now trying to give back to the SxE all its importance and its political coherence in our scenes and their actions, by including it more and more strongly through their SxE activists, in their messages, by sharing straight-edge bands from all around the world, explaining the interest and the political meaning of this movement, but it took time before leftist political movements decided to speak about straight-edge ...

However, the edge itself has pre-occupied many local hardcore kids, but french bands involved in that way of living mostly playedstuff that sounded like NYHC, metalcore à-la UNBROKEN, or hybrids like TURNING POINT or UNION OF URANUS... But again, nothing that sounds like Dischord Records roster, if we don't count the dozens of french math-rock and noise bands that tried to sound like FUGAZI or JAWBOX lol! And then in 2017, we had this little miracle, that I have the pleasure to introduce you: CIRCLES.

I'm not sure they have the edge lifestyle in their blood (EDIT: singer is SxE !), but they interpret with great talent and passion the ideas of the "Revolution Summer" era. They are from Nantes, there's a member of ONE THOUSAND DIRECTIONS, the singer is playing in BRAINFREEZE (and also holds Can I Say Records), and their drummer played in SUGARTOWN CABARET, ZOMBIES ARE PISSED!, and even SPORT in interim...

And CIRCLES, it's full of potential "TÜBES", as Antoine (drums) would say! They released their first album, a 7-track demo, in 2017, and it takes a lot of the energy of DAG NASTY's Can I Say, their innate sense of melody and groove, adding a little bit of RITES OF SPRING here and there, as we can immediately hear on the opening track, "Rats", without ever hindering this continuous wave of positive attitude and energy that emerge from their songs, in the tradition of the genre. And in another tradition, those of the hardcore demos, there's that kind of ease, of spontaneity, that we can feel through their super-catchy songs. You will also like it a lot if you don't have the "harD.Core" knowledge but that you like more recent bands like PRAISE.

It's nice to see that people in (F)rance still believe in this scene to the point of doing, more or less, a tribute. I hope this will be just the beginning, it would be DOPE if a scene inspired by DC hardcore were about to grow here, and even more with the political background under which he was born... Anyway, I cann't wait to hear more from the Nantes emopux, and see them live.

"LET'S PUSH THINGS FORWARD!"

jeudi 10 janvier 2019

SHIZUNE / LYTIC 7" SPLIT



Alors là, si on s'y attendait à celle-là : un split surprise entre un des meilleurs, sinon LE meilleur groupe de screamo italien actuellement, SHIZUNE, et LYTIC, le nouveau groupe de screamo de Jamie Behar... Oui oui, le guitariste de SAETIA et OFF MINOR (où il chantait également). Alors pour la petite histoire, il n'a jamais cessé de faire de la musique après sa carrière dans le skramz game, mais cette personne a évolué d'une manière qui peu paraître bizarre certes, mais qui est très commune à ce qu'on retrouve chez les ancien-ne-s du screamo en (F)rance par exemple, qu'il connaît bien pour certains ;) : il est parti jouer dans divers groupes de hardcore et de oi, le dernier en date étant GUNS DON'T RUN, un groupe de pur oi/street punk de hooligan qui fait l'éloge de l'équipe d'Arsenal, un hymne au foot et à la bière... Rassurez-vous, il s'agit de supporters de type "Red Star" plutôt que de fafs ! Je préfère éclaircir, car y'a encore beaucoup de clichés sur le monde du foot, de la oi, et des gens qui n'y ont rien à faire... Bon, je bois pas mais je dois admettre que c'est relativement efficace et que ça fait le taff, et je pense que les fans du genre apprécieront pas mal. Ah ouais, et Jamie écoute tout les meilleurs groupes de punk hardcore de Paris et de Brest !

Mais il n'a pas oublié ses racines, loin de là, et a décidé de refaire du screamo avec LYTIC. C'est un mélange entre un screamo bien ancré dans ce qui se faisait à la fin des années 90, avec des influences math-rock et de légers accents grind, comme si c'était pour reprendre là ou OFF MINOR avait arrêté. LYTIC, sonne raw, c'est assez technique même, mais ça reste relativement mélodique... De quoi contraster sans trop choquer avec SHIZUNE, sur ce split, qui proposent quand à eux 2 titres absolument géniaux, peut-être parmi leurs tout meilleurs. A chaque fois qu'ils sortent des trucs, ils vont toujours un peu plus loin dans la qualité ! LYTIC existe depuis Novembre 2015 mais ont sorti leur premier jet, onesidedlp, en Décembre dernier, et ça posait plutôt bien les bases. Le premier morceau de cet EP, "Bleak", on dirait presque une version screamo de RITES OF SPRING !

Dès le premier morceau de SHIZUNE, "greg è a roppongi con john macAfee", on est catapulté vers le meilleur de RAEIN, vers tout ce qu'on adore d'eux et de SHIZUNE de toute façon, leur touche un peu plus agressive et saccadée que RAEIN depuis leur évolution plus "indie", ça sonne lumineux, puissant. Et alors le deuxième morceau, "occhiaie metafisich", bah c'est tout simplement mon morceau préféré des italiens désormais, voilà. 3 minutes de bonheur, une grosse leçon de skramz, l'art de jongler avec la mélodie, la chaleur, et les furieuses frappes de batterie, la violence rythmique. Et cette outro avec sa guitare délicieusement 90's jouant tranquillement... Ça me rappelle MARCOVALDO, et ça c'est un très très bon point héhé !

Le premier morceau de LYTIC, "Greener Grass" m'a surpris : il s'ouvre avec une note de synthé, et il comporte une section de chant clair. Sinon, on est toujours dans un screamo assez cru, avec quand même une grosse attention portée sur l'ambiance du morceau, grâce notamment à ce synthé, qui finit par prendre le dessus sur le morceau lorsque les voix disparaissent. Le deuxième morceau, "All Bleeding Stop Eventually", c'est 20 secondes de gros screamo/grind furieux mais jamais bas du front, et le reste du gros sing-along et un riff tout doux. C'est frustrant, ça sera cool que ça reparte un peu en blast derrière, ne serait-ce que pour 15 secondes haha ! Et le morceau final, "Lugenpresse", commence avec un riff mathy, un chant parlé très grave (genre vraiment, on dirait un chanteur de goth haha !), et commence à s'envoler vers 1:40, avec toujours ces sections de chant clair hyper agréables et qui appellent au sing-along. Et l'apothéose à 2:30 quand le morceau craque en une cavalcade de guitares et de batteries et se termine avec des guitares un peu plus lourdes et groovy, c'est oui ! Ça rappelle un peu le morceau "Screens" de onesidedlp. Le meilleur morceau de LYTIC jusqu'à présent, il est là !

Ce disque va très certainement faire partie de mes splits screamo favoris de cette année... C'est pré-commandable dès maintenant chez Zegema Beach Records (Canada/U.S.A) et Moment Of Collapse (Europe), téléchargeable dès maintenant aussi sur les bandcamp des groupes et des labels, et les disques seront envoyés entre Mars et Avril...



-

Does anyone could be ready enough for this? I'm not sure: a surprise split record between one of the best, if not THE best Italian screamo bands of the last 5 years : SHIZUNE, and LYTIC, the new screamo band of Jamie Behar... Yes yes, the guitarist from SAETIA and OFF MINOR (where he also did vocals). Long story short, he never stopped making music after his career in the skramz game, but this person has evolved in a way that may seems weird for some of y'all, but this is actually pretty common to see, at least for some former screamo musicians in France tha Jamie knows well ;) : he went to play in various hardcore and oi bands, the latest being GUNS DON'T RUN, a strictly oi / street punk band who praises Arsenal football team, a hymn to football and beer... Well, I don't drink alcohol but I must admit that it's relatively effective and that it works well, and I think fans of the genre will appreciate it quite a lot. Oh yeah, and Jamie listens to all the best hardcore punk bands in Paris and Brest!

But he didn't forget his roots, far from it, and decided to play screamo again with LYTIC. It's a mix between a screamo well anchored in what was done at the end of the 90s, with math-rock influences and slight grind accents, as if it was a straight follow-up to OFF MINOR. LYTIC sounds raw, it's quite technical, but it still pretty melodic... What to fit well with SHIZUNE on this split, which offers 2 absolutely great songs, perhaps among their best. Whenever they release stuff, they always go a little further in quality! To finish with LYTIC, they exist since November 2015 but have released their first record, onesidedlp, last December, and it a was pretty solid debut. The first track of this EP, "Bleak", almost sounds like a screamo version of RITES OF SPRING!

With the first song of SHIZUNE, "we've got a roppongi con john macAfee", we're catapulted to the best of RAEIN, to everything we love about them and SHIZUNE anyway, their little more aggressive and jerky take on RAEIN sound since they turned more "indie", it sounds bright, powerful. And then the second song, "occhiaie metafisich", is just my favorite piece of the band now, no shit. 3 minutes of epicness, a big skramz lesson, the art of juggling the melody, the heat, and a furious drumming, that rhythmic violence. And this outro with his deliciously 90's guitar playing quietly... It reminds me of MARCOVALDO, and this is a very very good point!

The first song of LYTIC, "Greener Grass" surprised me: it opens with a synth note, and it includes some clear vocals. Otherwise, we're still in a pretty raw screamo, with a lot of attention paid to the mood of the song, thanks to this particular synth, which eventually take over the piece when the voices disappear. The second song, "All Bleeding Stop Eventually", is 20 seconds of big and furious screamo / grind, intense but never too dark, and the rest of the song is just a big sing-along and a sweet riff. It's frustrating, it would be cool for the song to go a little further with blast beats, only for 15 seconds haha! And the final piece, "Lugenpresse", starts with a mathy riff, a very low-pitched spoken song (like, really, it sounds like it's done by a goth haha ​​singer!), And starts to fly at 1:40, with always those  super nice clear vocals sections. And there's the apotheosis at 2:30 when the song cracks into a cavalcade of guitars and drums and ends with a heavier and groovy riff, it's a yes! It's a bit like the onesidedlp's song "Screens". The best piece of LYTIC so far is here!

This record will certainly be part of my favorite screamo splits this year... It's available to pre-order now at Zegema Beach Records (Canada / USA) and Moment Of Collapse (Europe), you can also download it now on the bandcamp pages of the bands and labels, and records will be sent between March and April...

mardi 8 janvier 2019

RADURA / FLOWERS&SHELTERS 7"



J'aurais dû écouter ça dès que c'est sorti et faire confiance à une pote qui est ultra fan d'un des groupes présents sur ce split. Avec ce disque, on a affaire à deux chouettes formations jouant un screamo très mélodique et inspiré, ce qui est de toute façon très souvent le cas en Italie, là d'où viennent les deux groupes. (j'en profite pour faire un rappel crucial : allez écouter MARCOVALDO !)

RADURA, dont l'un des membres m'a écrit pour que je parle de ce split (un gros bisou à MILES OLIVER qui lui a parlé de mon blog pendant sa tournée où il l'a rencontré en tant que bassiste de ØJNE !) reste fidèle à ce qu'il sait très bien faire depuis La Fine degli Uomini Faro, leur premier album : une musique délicate, chaleureuse mais puissante, avec beaucoup de beaux riffs, ça me fait penser à la scène écossaise (notamment CARSON WELLS et KADDISH), et mes amours pour toujours que sont BASTOS... À chaque fois que j'écoute leurs 2 morceaux, ne serait-ce que le riff d'intro de "L'Anno delle Rondini", j'ai des frissons qui m'envahissent. Bah hey, c'est exactement ce qui me fait vibrer, ce qu'ils jouent, je vais pas m'en priver !

FLOWERS&SHELTERS me rappellent pas mal ce qui se fait en Suède, chez DISEMBARKED ou SHIROKUMA entre autres, et ça, vous savez très bien je n'y résiste pas... Un son un peu plus percutant que celui de RADURA, moins dans la progression et la déclamation, mais ça reste super mélodique et agréable. Curieusement, "Volubile" me rappelle quelques sonorités que je retrouve chez CHILD MEADOW. Ce serait cool que le groupe soit au courant de leur existence et s'en soit inspiré, héhé ! Et je pense que la seconde partie de "Lividi" donnera des frissons aux fans de ØJNE.

Allez, je vous laisse découvrir ces morceaux qui nous montrent joliment comment évolue la scène emo italienne : plutôt dans la droite lignée de tout ces chouettes groupes qui l'a consolidée et lui a donné ses signes distinctifs, tels que RAEIN ou LA QUIETE, mais sans en être des copies faciles et apporter leur petite touche.




-

I should have listened to it as soon as it came out and trust a friend who is very into one of the bands present on this split. With this record, we're dealing with two great formations playing a very melodic and inspired screamo, which is very often the case in Italy, where the two bands come from. (I take this opportunity to make a crucial reminder: please listen to MARCOVALDO!)

one of the RADURA members wrote to me about this split (a big s/o to MILES OLIVER who told him about my blog during his tour where he met him as a bass player of ØJNE!), and I thank him a lot for that. Their 2 songs are close to what they do very well since La Fine degli Uomini Faro, their first album: a delicate, warm but powerful music with many beautiful riffs, it makes me think of the Scottish scene (including CARSON WELLS and KADDISH), and the incredible BASTOS ... Whenever I listen to their 2 tracks, and even only the intro riff of "Anno delle Rondini", I have chills.

FLOWERS&SHELTERS remind me pretty much what is done in Sweden, by DISEMBARKED or SHIROKUMA among others, and if you read often that blog, you know very well that I can't resist to swedish skramz... Their sound is a bit more direct than that of RADURA, less in progressions and declamation, but it's still super melodic and enjoyable. Curiously, "Volubile" reminds me of some CHILD MEADOW. It would be cool for the band to know about their existence and be inspired by them, hehe! And I think the second part of "Lividi" will give chills to ØJNE fans.

Enough words: I'll let you discover these 4 beautiful songs that show us beautifully how evolves the Italian emo scene: rather in the right line of all these cool groups that consolidated and gave her his distinctive signs, such as RAEIN or LA QUIETE, but without being easy copies and bringing their own touch.

samedi 5 janvier 2019

NUMBERS ARE NEUTRALS



Ah, on la connait cette tradition de prendre des résolutions pour la nouvelle année, de faire des trucs qu'on pourra pas tenir parce que 1) c'est pour correspondre à des normes qui en temps normal nous oppresse et/ou nous répugne, ou 2) par flegme. Bah moi, en me levant le matin du 1er Janvier 2019, j'ai décidé que j'allais redonner un peu plus de vie à ce blog, en lui créant même une page Instagram, en espérant que j'allais pas reperdre ma motivation plus tard. Je me suis dit que ce serait vraiment cool de refaire ce truc d'écrire à l'improviste sur le(s) disque(s) que j'ai envie de vous faire découvrir sur le moment.

Et du coup, ça tombe plutôt bien, car j'avais en stock une démo, qui traînait parmi une masse considérable d'onglets ouverts sur mon smartphone, dont j'avais envie de vous parler, ce genre de trucs qui donne un sens absolu à ma mission de "dictionnaire de l'emo" : référencer des gemmes oubliées de l'histoire de cette musique, qui se trouve souvent en de vieilles cassettes ou des CD-R rangés dans des pochettes en tissu DIY.  En l'occurrence, celle-ci se nomme NUMBERS ARE NEUTRAL. C'est super dur de trouver des infos sur eux, car en tapant leur nom sur internet, même en ajoutant "screamo" ou "demo" à la recherche, on tombe majoritairement sur des vidéos de trucs en rapport aux mathématiques, sur des tutos de programmations informatiques et sur des transformateurs à vendre. Alors, pour la vanne facile, comme ça c'est vite réglé : non, je ne vous fais pas écouter une démo de math-rock aujourd'hui.

Comme souvent, les recherches d'infos sur un groupe d'emo/screamo, ça se finit sur Discogs, des blogspots et via les contacts des internets et de la scène, et voici ce que j'ai pu trouver : il s'agit d'un éphémère groupe de screamo, dont on ne connait pas la période d'activité exacte, originaire de la côte Est des USA, avec une personne qui a joué dans de multiples autres projets peu connus (dont ELDRITCH ANISETTE où il était guitariste), et qui a sorti cette démo (qui d'après le seul article que j'ai trouvé sur ce disque, et d'après Soulseek, se nommerait School Sucks!) en 2000, et a participé à la compilation Summertime, qui regroupait plein de groupes de screamo qui était en plein essor à l'époque : SAETIA, THE VIDABLUE (pré-TEN GRAND), pg.99, NEIL PERRY, et même THURSDAY. Dans le lot, il y a aussi une track de noise de 13 minutes, du faux grind - presque screamo genre USURP SYNAPSE... J'aimerais bien mettre la main sur cette compile, ça a l'air d'être un chouette objet, avec un zine en prime, une cover en tissu "camo" et tout.

Et cette démo, qui constitue l'ensemble de leur discographie (sachant que le morceau de la compilation citée ci-dessus, "Fedaykin", figure aussi sur la démo), elle me parait bien en avance sur son temps. J'ai galéré à trouver des groupes qui proposaient le même univers musical que ce groupe avant eux... Y'a forcément des influences à aller chercher du côté du post-hardcore, et je pense qu'ils ont pas mal écouté SAETIA. Leur musique vit essentiellement autour des accalmies et des alternances quiet/loud, avec un gros accent porté sur la mélodie. Je pense que le superbe titre "Porcelain" est quelque part un tribute à PORTRAIT, qui lui existait avant NUMBERS ARE NEUTRAL : le même usage du violon, un break qui ressemble à celui de la fameuse "Constellations In A Stargazing Iris"...

Ça ressemble beaucoup à BELLE EPOQUE, parfois à THE SADDEST LANDSCAPE, si il fallait vous donner une idée de comment sonne ce groupe avec des noms plus "récents". En tout les cas, j'écoute désormais cette démo en boucle : c'est tout ce que j'aime dans le côté un peu plus incisif, triste et viscéral du screamo. Je me suis senti-e super bien en écoutant ce disque en marchant ici et là, et ça c'est bon signe, héhé.

Je suis hyper content-e de vous partager cette découverte, en espérant que ça vous plaira autant qu'à moi :




- x -

Ah, those traditions of making resolutions for next year, trying to do things that we actually can't because 1) it's to correspond to standards that normally oppresses us and / or we dislike, or 2) by pure phlegm. Well, when I woke up on the first day of 2019, I had a spontaneous kind of good resolution, I gave up on this thing lol! I decided that I was going to give a little more life to this blog, by even creating him an Instagram page, hoping that I wouldn't lose my motivation later. I told myself that it would be really cool to doing again this thing to write spontaneously on the records that I want to make you discover at the moment.

And the timing is good, because I had a demo which dragged among a large mass of open tabs on my smartphone, which I wanted to share with you, this kind of stuff that gives an absolute sense to my mission as an actual  "dictionary of emo": to refer forgotten gems of the history of this scene, which are often pressed in old cassettes or CD-R with DIY fabric covers. The band I want to share with you today is called NUMBERS ARE NEUTRAL. It's super hard to find informations about them, because by typing their name on the internet, even adding "screamo" or "demo" to the research, we mostly fall on videos related to mathematics, tutorials for computer programming, and transformers for sale. So, for the easy joke, so it's quickly done: no, I'm not gonna make you listen to a math-rock demo today.

As often, the research of information on a group of emo / screamo ends on Discogs, blogspots and via the contacts of the internets and the scene, and here's what I could find: it's an ephemeral screamo band, whose exact period of activity isn't known, coming from the East Coast, USA, with a person who played in many other little-known projects (including ELDRITCH ANISETTE where he was a guitarist) , and who released this demo (which according to the only article I found on this record, and according to Soulseek, would be called School Sucks!) in 2000, and participated in the compilation Summertime, which gathered a lot of screamo bands that were thriving at the time: SAETIA, THE VIDABLUE (pre-TEN GRAND), pg.99, NEIL PERRY, and even THURSDAY. In that record, there is also a 13-minute weird noise track, some false grind / quasi-screamo like USURP SYNAPSE... I'd like to get my hands on this compilation, it seems to be a great-looking item, it's coming with a zine, a DIY "camo" fabric cover and everything.

And this demo, which is the only thing that the band released (knowing that the song that appears on the compilation mentioned above, "Fedaykin", also appears on the demo), seems well ahead of its time, to me. I struggled to find bands that offered the same musical universe as this band, before them... There were inevitably influenced by post-hardcore, and I think they have listened a lot to SAETIA. Their music lives mainly around quiet/loud dynamics, with a heavy emphasis on the melody. I think the beautiful "Porcelain" is somewhata tribute to PORTRAIT, which existed before NUMBERS ARE NEUTRAL: the same use of violin, a break that sounds like the one on the famous "Constellations In A Stargazing Iris"...

It sounds a lot like BELLE EPOQUE, sometimes like THE SADDEST LANDSCAPE, if you wanna have an idea of how this band sounds with more "recent" names. Anyway, I'm listening to this demo ion repeat now: that's all I love in the slightly more incisive, sad and visceral side of the screamo. I felt good listening to this record walking here and there in the streets, and that's a good sign.

I'm very happy to share this discovery with you, hoping you'll love it as much as I do. ♡

jeudi 3 janvier 2019

PREMIERE : Disillusionist - Exasperated



Je pensais pas commencer l'année si tôt en termes de posts, et c'est plutôt chouette car ça me motive à partager plein de trucs. Ce petit boost, je le dois à Mads de Dasein Records qui m'a proposé de découvrir DISILLUSIONIST. Originaire de Copenhague, Danemark, ce groupe dont le line-up semble assez mystérieux et qui se dévoile pas, propose une formule assez répandue dans la scène hardcore moderne : un ensemble léger, mélodique, avec des guitares claires saupoudrées de quelques influences post-punk, mais avec beaucoup de décharge émotionnelle. Du coup, bah c'est efficace et ça passe tout seul ! Grosso modo, si vous aimez TOUCHÉ AMORÉ et la voix de COMADRE, peut-être aussi si vous aimez le dernier STATE FAULTS, vous devriez bien accrocher à ce single. Je suis content-e d'être la première personne à le partager avec vous ! J'aime comment ce morceau se finit, après avoir un peu monté crescendo sans qu'on s'en aperçoive vraiment.

-

I wasn't thinking of starting the year so soon in terms of posts, and it's pretty cool because it already motivates me to share a lot of stuff now. I owe this little boost to Mads of Dasein Records who suggested me to discover DISILLUSIONIST. Coming from Copenhagen, Denmark, this band, whose line-up seems rather mysterious and unveiled, offers a fairly common but always pleasant formula in the modern hardcore scene: a light, melodic whole, with clear guitars sprinkled with some post-punk influences, completed with a lot of emotional discharge. Basically, if you love TOUCHÉ AMORÉ and COMADRE vocals, or maybe STATE FAULTS, you should like this single. I'm glad to be the first person to share it with you! I love how that track ends in a wall of drums...




Ça s'appelle "Exasperated", ce titre sera présent sur un EP nommé The fire on the freeway as seen from the mountains, qui sortira bientôt chez Dasein Records, où vous trouverez également un autre single, "Stale Flower", plus direct, plus court mais avec la même formule, quoique avec plus de fuzz dans les guitares. C'est presque frustrant quand ça s'arrête, car le titre est chouette et on se laisse facilement aller par ses mélodies, on s'attend à ce que ça dure le temps d'un couplet supplémentaire peut-être... Hâte d'entendre le disque en entier, pour voir comment cette frustration sera comblée, pour découvrir davantage ce groupe !

-

It's called "Exasperated", this song will figure on an EP named The Fire on the freeway as seen from the mountains, which will be released soon at Dasein Records, where you will also find another single, "Stale Flower", a shorter, more direct song, but with the same formula, with more fuzz in the guitars though. It's almost frustrating when it stops, because that song is great and we are easily enjoyed by his melodies, I expected that it lasts the time of an additional verse maybe... I'm pretty curious to hear the entire record, to see how this frustration will be filled, to find out more about this band and his sound! And also the line-up actually, haha ;)



Dasein Records on Facebook / Bandcamp

samedi 29 décembre 2018

Les tops 2018 du dictionnaire de l'emo


J'ai beau ne pas avoir beaucoup écrit sur le blog, j'ai toujours écouté beaucoup de musique, et ouvert mes oreilles à une frange plus large du punk/hardcore. J'ai traîné dans des concerts de oi, de new wave, de garage punk, de d-beat... Et j'ai évidemment passé des heures et des heures devant du skramz et du black metal : still not a phase, si bien que je réfléchis à me refaire pousser la mèche (celleux qui savent qui est derrière ce blog savent que actuellement, j'ai une frange, et qu'elle attire l'attention !).

Je suis content-e : je fais plus de concerts politisés, je vois plus de groupes politisés, je fais gaffe à qui programme, parce que encore une fois : le punk c'est pas que de la musique. J'ai fait plein de rencontres, j'ai établi plein de contacts, et mieux : j'ai une asso, Smart & Confused, avec laquelle on va booker des concerts. Bref, je m'égare un peu mais 2018 fût une année super riche musicalement, pas mal de grosses claques, jusqu'aux jours précédant la clôture de mes tops, si bien que j'en ai fait un "top last minute" haha ! J'ai horreur de laisser des trucs de côté parce que il doit y avoir un top tant...

Du coup, voilà : un gros name-dropping, avec un ordre grossier de ce qui m'a le plus marqué-e. J'espère que vous y découvrirez plein de choses, et n'hésitez pas à me partager vos tops et discuter de tout ça, à l'ancienne, dans les commentaires :) !

J'attends beaucoup de choses pour 2019, particulièrement le retour inespéré de STATE FAULTS... J'ai TELLEMENT hâte de l'écouter, cet album ! Bien curieux-se aussi d'écouter les prochains disques de MINERAL et AMERICAN FOOTBALL. J'avais pas mal de doutes sur AF, je trouvais que ça forçait un peu jusque là, que le deuxième album aurait tout à fait pu sortir sous le nom d'OWEN même si objectivement il est bien cool, mais à l'écoute des singles (officiels et leakés héhé) du LP3, j'ai été convaincu-e assez rapidement : le groupe va de l'avant, s'essaie à la pop, au shoegaze, en restant bien ancré dans le math-rock et sa terminaison de l'emo, ça risque d'être un gros disque et de les faire émerger assez fortement dans une sphère plus large de la musique alternative... En espérant que ça motivera des bookers français à les faire enfin jouer par ici haha !

Aussi, grosse attente sur le prochain album ENVY qui s'annonce massif et explosif, bien hâte de découvrir ce que nous réservent les scènes punk/hardcore lilloises et brestoises en général, il me semble aussi que CHAVIRE planche déjà sur un nouvel album (ils jouent un morceau sorti nulle part en ce moment, et purée qu'est-ce qu'il est chanmé !)... Hâte aussi de découvrir ce KIDCRASH qui doit enfin voir le jour après des années de péripéties et même des soupçons d'arnaques (le nouvel album a été financé via une cagnotte en ligne, sauf que le groupe n'a quasi pas donné de nouvelles jusqu'à cette fin d'année où il s'est expliqué), d'écouter les nouveaux LA DISPUTE, SECRET SMOKER, MONPLAISIR, CONTRACTIONS... Et sûrement plein d'autres trucs qui me viennent pas à l'esprit maintenant... Mais dont j'essaierais de vous parler par ici :')

AH OUAIS, et si ce cher Christophe Stonehenge passe par ici (la bise !) : IL SORT QUAND ALORS LE REPRESS DE LA DISCO D'AMANDA WOODWARD ?! On a hâte à force, avec tout ce teasing haha ! :D

Et puis, ouvrez chaque image dans un autre onglet pour pouvoir bien zoomer dessus !

TOP ALBUMS


-

TOP SPLITS et EPs


-

TOP "LAST MINUTE" 
(des trucs que j'ai oublié de mettre dans mes tops, ou découverts au dernier moment...)


Ouais bon, j'aurais même pu ajouter le Television de SPIRITUAL CRAMP, grosso modo les CLASH en 2018 avec Monsieur Patate au chant...

jeudi 22 novembre 2018

Long time no see: why I'm not writing that much anymore.


le dictionnaire de l'emo en personne, avant un énième concert de Youth Avoiders, le 2 Novembre 2018.

Salut tout le monde. J'espère que chaque personne qui passera par ici va bien.

Vous l'aurez remarqué, je n'écris vraiment plus beaucoup... À une époque, j'écrivais plusieurs fois par semaine, voire par jour. Désormais, c'est assez exceptionnel lorsque je poste un article par mois. C'est normal : j'ai perdu toute cette énergie et cette fougue qui me donnait envie d'écrire sur tous ces disques que je prends encore tellement de plaisir à écouter, acheter, partager... Mais, cette plume avec laquelle je racontais ces disques, elle n'est pas aussi aiguisée qu'avant, et désormais, je manque cruellement de cette énergie, de ce temps que j'avais auparavant.

C'est terriblement frustrant : je vais toujours à énormément de concerts, je passe mon temps sur d'obscurs groupes Facebook, forums morts et blogspots pour trouver tous les jours de la musique à découvrir, et pourtant je n'arrive plus à vous raconter cela. Et pourtant, ce n'est pas l'envie qui m'en manque...

En vrai, le travail a énormément joué dans cela : Plus le temps passe, moins j'ai d'opportunités et d'inspiration au travail, pour écrire. Au début, lorsque j'avais un collègue certes alcoolique et oppressif au possible, mais absolument pas regardant sur ce que je faisais en magasin, et ensuite qu'une collègue à peine plus âgée que moi l'a remplacé, j'arrivais à trouver beaucoup de temps pour écrire à foison. Mais désormais, maintenant qu'elle est plus là, et que notre responsable a accéléré la cadence en termes d'objectifs de vente en magasin (je bosse dans un magasin de luminaire en tant que conseiller-e de vente...), j'ai l'impression de ne plus pouvoir me poser sur l'ordinateur et écrire... Je m'auto-culpabilise, alors que dans les faits, je n'en fais pas beaucoup plus pour le magasin qu'auparavant. J'ai juste l'impression de ne pas pouvoir écrire car le chef est derrière, même si il n'est pas là. Que l'adjointe avec qui je travaille, aussi cool qu'elle soit, me regarde plus à ce niveau, veuille que je sois plus à l'affût des client-e-s. Et une fois à la maison, j'ai juste envie de faire le vide et de ne penser à rien, et écouter ces disques qui me font vibrer...

J'ai aussi beaucoup la tête dans la politique, ce qui demande à mon cerveau de bosser et se concentrer davantage sur ce que je lis, partage, fais. Et puis il y a les concerts, sorties, discussions avec mes proches... Je consacre mon temps libre à aider et à contribuer. Ecrire, je le remets toujours à demain, parce que ça, ça attend. Alors que la peine et l'amour de nos ami-e-s, nos familles, la remise en question de nos sociétés, de nos modes de consommation, de nos privilèges... Ça n'attend pas.

Et puis, ce blog était aussi un refuge personnel, où je trouvais l'évasion et l'intimité que je n'avais pas forcément quand j'habitais en colocation, que je me sentais seul-e, que je ne pouvais pas me confier. Désormais, les choses ont évolué. J'ai mon chez-moi, des personnes formidables à qui me confier, encore plus de personnes à rencontrer pendant les concerts et en dehors... J'ai aussi ce petit label, Smart & Confused, avec deux ami-e-s, qu'on a lancé cet été, avec lequel on va sortir quelques disques et faire quelques concerts, sur lequel on aimera se focaliser tou-te-s les 3, même si on tient à le faire à la cool. Désormais, j'ai moins ce besoin vital de m'y rendre et d'écrire...

Alors, est-ce que le blog est mort ? Non, j'ai pas envie de l'arrêter. Mais j'ai envie d'assumer le fait que ce soit un endroit où je posterais exceptionnellement, quand j'aurais l'énergie et la confiance en mes mots, où je n'aurais plus la pression de devoir vite poster toutes les trouvailles du mois, parce que y'a des sorties qu'on doit parler parce que c'est LE disque du moment dans tel style. Et en plus, j'écoute beaucoup plus de disques dans plein d'autres genres de musique différents en ce moment, j'en mets beaucoup de côté l'emo et le screamo, tout en devenant assez pointilleux-se sur mes critères d'appréciation... Ce qui fait encore plus de contenu à traiter.

J'ai aussi une grosse frustration : cette année, comme l'an passé, je vous avais annoncé que le site changerait, qu'il s'ouvrirait, se politiserait davantage. Eh bien tout ça n'est jamais arrivé, car j'attends toujours le nouveau site, son fond d'écran, son nom de domaine... Et je suis lassé-e d'attendre. Je m'en fous de tout ça au final. Garder ce blogspot tel qu'il l'est, ça me va bien au final. Rien ne m'empêche de proposer des contributions de chacun-e qui le souhaiterait, en filant mes données d'accès. 

C'est au final tout plein de choses qui s'entrechoquent, et font que j'ai envie de préserver ma plume, ma passion, mes sentiments, pour un article coup de coeur, quelque chose qui m'aura vraiment touché, marqué, ou un sujet important qui me touchera, et sur lequel j'aurais envie d'écrire.

J'espère que cette mise au point, que j'avais besoin d'écrire et de partager, vous aura aidé à y voir plus clair sur le silence du blog depuis quelques temps. Je reste toujours aussi passionné-e par ces scènes, par tout ce que je vous partage sur la page Facebook et continuerait de faire, on se croisera toujours souvent aux concerts parisiens, quelquefois ailleurs en France, au Miss The Stars Fest, au Fluff Fest, au This Is My Fest... Sur ça, je pense qu'il n'y a que la mort ou la surdité qui pourra me stopper :) !

Prenez soin de vous. ♡
x Guillaume x

-


Hey y'all. I hope everyone who goes through here is fine.

I guess you will have noticed, I don't really write much content currently... At one time, I wrote/posted several times a week, or even a day. Now it's quite exceptional when I post an article a month. It's normal: I lost all this energy and passion that made me want to write on all these records that I still take so much pleasure to listen, buy, share... But, this feather with which I told you about these records, isn't as sharp as before, and now I'm sorely lacking of that energy, of that time I had before.

It's terribly frustrating: I still go to a lot of concerts, I spend my time on obscure Facebook groups, dead forums and blogspots to find music to discover every single day, almost every hour, and yet I can't write you about it as much as I did before. And fuck, I really want to tell you about all that, but I don't know anymore how to do, without having the feeling of being annoying, to just spam...

In fact, work has played a big part in this: The more time passes, the less I have opportunities and inspiration to write. At first, when I worked with that alcoholic and oppressive coworker, which was absolutely not looking at what I was doing in the store, and then with another colleague who was just older than me and replaced him, I could find a lot of time to write, and a fucking lot. But now that she's no longer there, and that our manager has accelerated the pace in terms of sales objectives in store (I work in a lighting store as a seller...), I feel like I can't glue myself on the computer and write like I did until like 2017... I feel self-blame, while in fact, I don't do much more for the store than before, because I don't give a flying FUCK about the store and the objectives lmao. I just feel like I can't write because the boss is behind, even where he's not there. That the assistant manager with whom I work, as cool as she is, look at me more at this level, want me to be more on the lookout for customers. And once at home, I just want to empty and think about nothing, and listen to these records that gives me chills...

I also spend a lot of time and reflexion in politics, which requires my brain to work and focus more on what I read, share, do. And there are the concerts, outings, discussions with my friends and family... I devote my free time to help and contribute. When it comes to write, I always put it to tomorrow, because it can wait. While the pain and the love of our friends, our families, the questioning of our societies, of our modes of consumption, of our privileges... It musn't wait.

And then, this blog was also a personal refuge, where I found the escape and the intimacy that I didn't had when I lived in a shared flat with people which I considered as strangers, that I felt alone, that I couldn't confide. Now things have changed: I have my home, great people to confide in, even more people to meet during concerts and outside... I also have this small label/asso, Smart & Confused, that we launched this summer with 2 close friends, we want to focus on this even if we all want to make something cool, we want to have fun and share good vibes / good politics... Now, I have less vital need to go there and write...

So, is the blog dead? No, I don't want to stop or close him. Never. But I want to assume that this is a place where I would post exceptionally, when I'll have the energy and confidence in my words, where I wouldn't have the pressure of having to post all my finds of the month, because there are releases that we absolutely have to talk about because hype and stuff. And besides, I listen a lot more records in many other different kinds of music than emo/screamo at this moment, more than ever, I don't even listened really much to emo/screamo this year, while becoming quite picky-on in my criterias of appreciation of music... Which makes even more content to process.

I also have a big frustration: this year, like last year, I told you that the site would change, that it would open up, become more politicized. Well, it never happened, because I'm still waiting for the new site, its wallpaper, its domain name... And I'm tired of waiting. I do not care about all this in the end. Keeping this blogspot as it is, it suits me well in the end. Nothing prevents me to offer contributions from everyone who would like, by spinning my access data.

It's all in the end a lot of things that clash, and that I want to preserve my pen, my passion, my feelings, for a favorite article, something that will have really touched me, marked, or an important subject that will touch me, and on which I would like to write.

I hope this update, which I needed to write and share, will have helped you to see more clearly about the silence of the blog for some time. I'm still passionate about these scenes, by all that I share on the Facebook page and continue to do, we will always meet often at Paris concerts, sometimes elsewhere in France, the Miss The Stars Fest or Fluff Fest ... On that, I think that only death or deafness can stop me :) !

Take care. ♡
x Guillaume x.